14 août 2014

Michael Sona coupable et il n’a pas agi seul

Les conservateurs doivent dire la vérité au sujet des membres de leur équipe et des bases de données utilisées pour rediriger des électeurs vers une mauvaise adresse

Aujourd'hui, le conservateur Michael Sona a été reconnu coupable de fraude électorale par un juge de Guelph qui a également conclu que d’autres personnes avaient été impliquées dans ce stratagème, la plus importante fraude électorale de l’histoire du Canada.

« Vu la clarté avec laquelle le juge a affirmé que d’autres personnes avaient été impliquées, il est temps que Stephen Harper et la directrice de campagne conservatrice, Jenni Byrne, arrêtent de rejeter le blâme sur les membres du personnel plus jeunes et qu’ils expliquent enfin aux Canadiens ce qui s’est réellement passé », a affirmé le porte-parole du NPD en matière de réforme démocratique, Craig Scott (Toronto—Danforth).

Dans l’affaire judiciaire précédente sur les appels automatisés frauduleux, le juge Richard Mosley avait conclu que la base de données des conservateurs avait été utilisée pour à des fins criminelles et que d’autres personnes auraient été impliquées dans ce stratagème. La décision du juge Hearn confirme que cela est bien le cas.

« Les conservateurs doivent arrêter d’affirmer qu’il s’agit juste d’une pomme pourrie. Le juge a bel et bien affirmé que d’autres personnes avaient été impliquées, a ajouté Craig Scott. Il faut mettre fin à l’obstruction créée par les conservateurs. »

Non seulement les conservateurs ont évité de dire la vérité, mais ils ont également réduit le financement d’Élections Canada, tout en essayant de réécrire les lois électorales du Canada afin de limiter l’indépendance du directeur général des élections et du commissaire aux élections fédérales.