16 juillet 2013

Comment obtenir une promotion dans le Cabinet du premier ministre – La sordide histoire de Pierre Poilievre

« Nigel Wright a fait quelque chose d’exceptionnellement honorable. »

-

[Traduction]

Pierre Poilievre, CBC Power and Politics, 15/05/2013

Lors de la dernière session parlementaire, un certain nombre de députés conservateurs ont protesté contre la manière dont Stephen Harper dirige son caucus. L’approche inflexible du premier ministre lui a valu les critiques de nombreux députés de son parti. L’un d’entre eux a même démissionné en raison du manque flagrant de transparence du gouvernement.

Bien évidemment, Pierre Poilievre ne faisait pas partie de ces dissidents. Pendant que ses collègues osaient mettre en doute les ordres du Bureau du premier ministre, Pierre Poilievre répétait sans vergogne les points de discussion malhonnêtes préparés par l’équipe de Stephen Harper.

La nomination de Pierre Poilievre comme ministre d’État à la Réforme démocratique confirme que la compétence, le respect de la vérité et le souci de travailler avec les autres partis ne comptent pour rien aux yeux de Stephen Harper. Pour obtenir une promotion, il suffit d’obéir et d’attaquer l’opposition avec toute la mesquinerie possible.

Un bilan qui se résume à des gaffes et à des coups bas

Élu en 2004

, Poilievre s’est d’abord fait connaître pour ses propos agressifs en comité parlementaire [pour les curieux, le vidéo est ici] et ses gestes insultants à la Chambre des communes.

En 2008,

Poilievre s’est retrouvé dans l’eau chaude pour avoir tenu des propos offensants sur les victimes des écoles résidentielles autochtones. Lors d’une entrevue à la radio locale, il avait remis en question l’éthique de travail des membres des Premières Nations et laissé entendre qu’en dédommageant les victimes des pensionnats, les Canadiens n’en avaient pas pour leur argent.

Puis, en 2010

, il a prouvé une fois de plus son manque jugement et son caractère belliqueux à la barrière de sécurité de la colline parlementaire. Impatient, il a lui-même ouvert la barrière, sans que la GRC ait le temps de savoir qui se trouvait dans le véhicule.

Depuis 2011,

Poilievre est devenu le pitbull désigné chaque fois que les conservateurs se retrouvent dans la tourmente. Il est responsable de faire diversion pendant la période des questions grâce à des attaques personnelles scandaleuses et à des commentaires révoltants.

Son approche antiparlementaire et irrespectueuse lui a valu des critiques de part et d’autre

« Il est ridicule. » - [Traduction] Susan Sherring (Ottawa Sun, 18/05/2013).

«Il fait des dommages dévastateurs à l’image de marque conservatrice. » - [Traduction] Bruce Anderson. (At Issue, CBC, 13/05/06).

En résumé : pour gravir les échelons dans le gouvernement de Stephen Harper, il faut savoir transformer la période des questions en mascarade et multiplier les attaques scandaleuses. La preuve ? Grâce à ses attaques systématiques contre Élections Canada, Poilievre, est maintenant ministre de la Réforme démocratique.

Les Canadiens méritent mieux

Les Canadiens méritent des ministres qui travaillent pour eux, pas pour leur parti; des ministres qui travaillent avec tous les Canadiens, pas seulement avec leurs partisans; des ministres qui sont respectueux et compétents, pas des pitbulls qui se spécialisent dans les attaques mesquines et sans fondement.