3 février 2018

Déclaration du NPD à l’occasion de trois anniversaires importants en matière de droits et de justice pour les femmes

La porte-parole du NPD en matière de condition féminine, Sheila Malcolmson (Nanaimo—Ladysmith), a fait la déclaration suivante :

« Il y a 51 ans, la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada a fait état de la discrimination généralisée à l’encontre des femmes et a établi un plan clair pour faire la promotion des droits des femmes. Cette commission novatrice a mené à la mise sur pied de Condition féminine Canada et à la nomination d’une ministre de la Condition féminine. Elle a aussi fourni des moyens à une nouvelle génération de puissantes féministes, militantes et leaders qui poursuivent la bataille pour l’égalité aujourd’hui.

Toutefois, durant les décennies qui ont suivi les travaux de la Commission, les violations des droits des femmes ont continué. Le Canada est passé du premier au 25e rang de l’Indice d’égalité entre les sexes des Nations Unies. Aujourd’hui, les femmes qui travaillent à temps plein tout au long de l’année ne gagnent que 77 % de ce que les hommes gagnent pour un travail de valeur égale. Les gouvernements libéraux et conservateurs successifs ont ignoré les recommandations de la Commission et ont fait subir des compressions aux programmes sociaux. Ces coupes ont exacerbé davantage les inégalités que subissent les femmes.

Depuis des dizaines d’années, les néo-démocrates font pression pour l’équité salariale. Il y a deux ans de cela, la motion sur l’équité salariale du NPD, qui reconnaissait l’équité salariale en tant que droit de la personne et qui demandait des actions immédiates de la part du gouvernement fédéral, a été adoptée. Le gouvernement fédéral a dit qu’il déposerait un projet de loi sur l’équité salariale d’ici la fin de 2018. Cependant, les Canadiennes ont assez attendu – justice différée est justice refusée.

Nous soulignons aussi aujourd’hui le premier anniversaire de la série “Unfounded” du Globe and Mail, une série d’enquêtes qui a mis en lumière les profondes lacunes de la façon dont les forces policières gèrent les allégations d’agressions sexuelles. Chaque année, 5 500 cas d’agressions sexuelles sont rapportés à la police, mais un cas sur cinq est jugé non fondé. Il faut bâtir un système qui prend au sérieux les personnes qui ont été agressées sexuellement. Il faut favoriser une culture qui croit les survivantes et les survivants.

Il est plus important que jamais d’unir nos efforts envers la justice et l’égalité pour les femmes. Les progrès que nous avons réalisés jusqu’ici n’ont été rendus possibles que parce que les femmes et leurs alliés se sont battus pour les droits des générations futures. Les néo-démocrates savent que le gouvernement fédéral a un rôle crucial à jouer en ce qui concerne la promotion de l’égalité entre les sexes, au moyen de programmes sociaux solides, comme le logement abordable, les services de garde, les soins de santé et l’aide juridique. Ensemble, nous pouvons bâtir un pays plus juste et équitable pour les femmes. »