22 avril 2018

Déclaration du NPD pour le Jour de la Terre

Le porte-parole du NPD en matière d’environnement et changements climatiques, Alexandre Boulerice (Rosemont–La Petite-Patrie), a fait la déclaration suivante :

« Aujourd’hui, nous célébrons le Jour de la Terre. Nous soulignons les petits et grands gestes qui contribuent à protéger notre planète, à réduire notre empreinte écologique et à lutter contre les changements climatiques. Chaque jour, nous devons travailler à sauvegarder la terre que les peuples autochtones d’ici et d’ailleurs ont su conserver au fil des âges.

C’est un fait, l’activité humaine menace les écosystèmes, les forêts et l’eau. Il est minuit moins une pour éviter un réchauffement planétaire irréversible qui provoquera davantage de catastrophes naturelles. C’est seulement en travaillant ensemble et en agissant concrètement que nous y parviendrons.

Les initiatives citoyennes se multiplient partout pour donner un coup de pouce à notre planète : que ce soit l’ouverture d’épiceries zéro déchet, l’installation de systèmes de géothermie, le soutien à l’agriculture biologique, ou encore la construction de maisons et d’édifices écoénergétiques.

Tous les paliers de gouvernements doivent contribuer à ce mouvement qui traverse les frontières. Que ce soit en bannissant l’utilisation de sacs de plastique et de pailles, en forçant les compagnies minières à nettoyer les sites abandonnés, en protégeant nos côtes ou en collaborant au nettoyage des mers et des océans pollués par de vastes étendues de plastique.

Alors que le Canada devrait être un champion de la lutte aux changements climatiques, il est inquiétant de voir le gouvernement continuer à subventionner les compagnies pétrolières au lieu d’investir dans le développement d’énergies vertes. Nous ne sommes pas sur la bonne voie lorsqu’on voit un écart de 66 mégatonnes entre la cible de réduction des Gaz à effets de serre (GES) établie pour 2030 par le précédent gouvernement Harper, et notre consommation actuelle.

La transition énergétique ne peut attendre, et elle ne sera fera pas sans gestes audacieux et courageux de nos gouvernements. La population est prête. On le voit bien avec les manifestations contre l’expansion du projet de l’oléoduc Kinder Morgan partout au Canada, et à travers le monde. La volonté de lutter contre les changements climatiques est réelle, et le gouvernement fédéral doit participer à la marche.

Il est temps que le Canada se range du bon côté de l’histoire. Notre planète ne peut attendre. »