4 juin 2018

Déclaration du NPD sur la violence sexuelle dans le sport

La porte-parole du NPD en matière de sports, Cheryl Hardcastle, a fait la déclaration suivante :

« Je suis encouragée de voir que le Centre de règlement des différends sportifs du Canada et l’Association canadienne des entraîneurs ont pris fermement position contre la violence sexuelle dans le sport. Au cours d’une conférence de presse organisée par ces organisations, quatre victimes de l’ancien entraîneur de ski canadien Bertrand Charest ont livré des témoignages émouvants des agressions dont elles ont été victimes.

Au nom des néo-démocrates, je presse le gouvernement d’agir rapidement pour mettre fin à la violence sexuelle dans le sport. Au Canada, les organismes nationaux de sport ont traditionnellement été chargés de s’autoréglementer dans les cas d’agression sexuelle, mais cette approche peut provoquer des conflits d’intérêts et mettre en danger la sécurité des athlètes.

Conséquemment, le NPD estime que le gouvernement devrait déposer une mesure législative pour mettre sur pied un organisme indépendant – comme un ombudsman, un tribunal ou une commission – s’inspirant du Safe Sport Act adopté récemment aux États-Unis. Cette loi a créé un organisme indépendant nommé SafeSport, qui sera reponsable de garantir le respect de la loi et d’enquêter sur les plaintes. Ce nouvel organisme devra être pleinement indépendant et bien financé. Il devra aussi avoir le pouvoir de mener des enquêtes, de contraindre des personnes à témoigner et à fournir des documents, ainsi que d’imposer des sanctions.

Les athlètes du Canada attendent depuis beaucoup trop longtemps d’obtenir le droit de s’entraîner et de compétitionner dans un environnement sûr. Le gouvernement doit agir immédiatement pour mettre fin à la violence sexuelle dans le sport. »