6 mars 2018

Déclaration du NPD sur les pardons pour possession de marijuana

Le porte-parole du NPD en matière de justice, Murray Rankin, a fait la déclaration suivante :

« Voilà deux ans que le NPD demande des pardons pour les gens ayant un casier judiciaire à la suite des promesses des libéraux de légaliser la marijuana. J’ai donc été heureux de lire dans les médias des articles selon lesquels le député libéral d’Hull-Aylmer s’engage à s’attaquer aux inculpations pour possession de marijuana, qui continuent de nuire à des milliers de Canadiens et de Canadiennes, particulièrement à des personnes jeunes, noires ou autochtones.

Cet enjeu est négligé depuis beaucoup trop longtemps. Nous sommes face à une situation intolérable où – malgré les promesses du gouvernement libéral de décriminaliser certaines infractions liées à la marijuana – des milliers de Canadiennes et de Canadiens sont pénalisés par un casier judiciaire pour ces mêmes infractions. Cela nuit de façon considérable à leur capacité de se trouver un emploi et un logement adéquat, sans compter qu’il leur est beaucoup plus ardu de voyager. Les conséquences qu’un casier judiciaire peut avoir sur la vie d’une personne sont lourdes et vastes. Il est aussi important de noter que la plupart des difficultés vécues en raison d’un tel casier étaient entièrement évitables, et qu’elles le sont encore.

En 2016, durant un débat à la Chambre des communes, j’ai demandé au gouvernement qu’il “reconnaisse la contradiction de continuer à donner un casier judiciaire aux Canadiens pour la simple possession de marijuana après que le gouvernement a affirmé que la simple possession de marijuana ne devrait pas être un crime”. Cette revendication, qui a été reprise par plusieurs de mes collègues néo-démocrates, n’a pas encore été écoutée. Le NPD a tenté de modifier le projet de loi du gouvernement à l’étape du comité pour y inclure une clause faisant en sorte qu’il serait plus facile pour les Canadiennes et les Canadiens de faire une demande de pardon, mais cet amendement a été défait par les membres libéraux du comité.

Ce n’est un secret pour personne que les inculpations pour possession touchent de façon disproportionnée les membres marginalisés de nos communautés – particulièrement les personnes jeunes, autochtones et noires. C’est un autre exemple honteux de la manière dont les inégalités persistent dans notre société. J’espère sincèrement que le gouvernement agira enfin et fera la bonne chose pour l’ensemble de la population canadienne. »