16 avril 2015

Des anciens combattants privés de soins alors que de nombreux lits sont vides

Les néo-démocrates se joignent aux anciens combattants et à leurs familles afin de demander au gouvernement fédéral de permettre à tous les anciens combattants d’avoir accès aux hôpitaux et aux établissements de soins de longue durée gérés par le ministère des Anciens Combattants.

« Aujourd’hui, plus de 10 lits sont vides à Camp Hill à Halifax. Or ces lits ne peuvent pas être occupés par d'anciens combattants post-guerre de Corée en raison d’exigences d’admissibilité trop sévères », a affirmé le porte-parole du NPD en matière d’anciens combattants, Peter Stoffer (Sackville-Eastern Shore).

Les règlements fédéraux limitent l’accès aux centres de soins de longue durée tels que Camp Hill aux vétérans de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée. Les anciens combattants qui ont servi dans les Forces canadiennes après la guerre de Corée n’ont pas accès à ces établissements.

« Un ancien combattant est un ancien combattant, point final. Si les lits sont vides, pourquoi ne pas permettre aux générations plus jeunes d’anciens combattants de profiter de ces centres de soins exceptionnels ? », a ajouté le député du NPD, Robert Chisholm (Dartmouth-Cole Harbour).

Le gouvernement fédéral refile aux provinces les coûts liés aux soins de longue durée de la plus jeune génération d’anciens combattants. Les anciens combattants qui ne sont pas admissibles à Camp Hill se tournent vers les établissements de soins de longue durée de la province.

« Le gouvernement a le devoir moral d’offrir le même niveau de soins de longue durée à tous les anciens combattants, peu importe le lieu ou l’année où ils ont servi notre pays », a conclu la députée du NPD, Megan Leslie (Halifax).