7 janvier 2015

Gouvernement minimal ? Pas pour les amis de Stephen Harper!

Avant d’être premier ministre, Stephen Harper se décrivait comme partisan de d’État minimal et austère:

« J’ai tendance à être un conservateur qui favorise un gouvernement minimal. » – Stephen Harper, The Gazette, 22 mars 2002.

Or, il semble que cette frugalité s’applique seulement aux autres et ne concerne pas le gouvernement Harper et les amis du régime conservateur.

Sous Stephen Harper, de plus en plus de conservateurs ont obtenu des postes par favoritisme. Le gouvernement n’a d’ailleurs pas hésité à augmenter le budget pour accommoder sa famille politique.

  • Le budget des bureaux ministériels en région a explosé, passant de 1,9 à 4 millions de dollars depuis 2008. Essentiellement, il s’agit de fonds pour embaucher du personnel politique appuyant des ministres régionaux et de bureaux servant à promouvoir le travail des conservateurs.
  • Alors qu’on coupait ailleurs, le budget du Bureau du premier ministre a augmenté de 7,4% de 2011-2012 à 2012-2013.
  • Rappelons aussi la nomination de 59 conservateurs au Sénat sous l’égide de Stephen Harper, dont une pléthore de candidats défaits et organisateurs conservateurs. Seuls Jean Chrétien (75) et Pierre Elliot Trudeau (81) ont nommé plus de sénateurs… que celui qui promettait de ne pas nommer de sénateur non élus.
  • Puis, cette semaine, avec la nomination d’un 40e ministre, le conseil des ministres de Stephen Harper est devenu le plus gros cabinet de l’histoire canadienne. Désormais, un élu conservateur sur quatre est ministre!
  • Sous Stephen Harper, les primes salariales annuelles pour les ministres et ministres d'État totalisent maintenant 2,96 millions de dollars, du jamais vu dans l’histoire canadienne !

Les Canadiens méritent mieux que le favoritisme et l’hypocrisie des conservateurs.