2 août 2018

Jagmeet Singh demande au gouvernement Trudeau de s’attaquer aux causes profondes de la violence armée et de permettre aux villes d’interdire les armes de poing

OTTAWA – Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a écrit au premier ministre Justin Trudeau jeudi afin de presser le gouvernement de s’engager dans une approche à long terme pour s’attaquer aux causes sous-jacentes de la violence armée dans nos villes, tout en agissant rapidement en adoptant des mesures immédiates telles que de permettre aux villes d’interdire les armes de poing.

« Nous connaissons les causes profondes de la violence dans nos communautés – notamment la pauvreté, la discrimination raciale, le manque criant de services en santé mentale, la pénurie de logements sociaux et adéquats, ainsi que le manque de possibilités d’emplois significatifs et de bonne qualité pour les jeunes, a écrit M. Singh. « Monsieur le Premier Ministre, nous devons tracer une nouvelle voie, une voie qui engage toutes les communautés dans un effort concerté pour s’attaquer aux racines de la violence armée. Nous devons remplacer les solutions simplistes par des stratégies globales et bien documentées, préparées à partir d’un partenariat avec celles et ceux qui sont les plus touché.es. »

Dans sa lettre, M. Singh affirme que de s’attaquer à cet enjeu était l’objectif global; il a aussi proposé des mesures immédiates pouvant être prises à court terme. Parmi celles-ci : donner aux municipalités qui le désirent l’autorisation d’interdire les armes de poing, augmenter le financement de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) pour endiguer l’importation illégale d’armes à feu, et accélérer l’investissement dans les initiatives de prévention visant la jeunesse pour qu’il atteigne 100 millions de dollars par année d’ici 2019.

« Le gouvernement fédéral ne devrait pas barrer la route aux leaders municipaux qui connaissent le mieux leur communauté et qui veulent bannir ces armes afin d’assurer la sécurité de leur population, a écrit M. Singh. L’heure est au soutien à tous les efforts, surtout à ceux dans des communautés telles que Danforth, qui a répondu à la pire des violences par l’amour, l’acceptation et le courage de rassembler les gens. Cette force devrait servir d’exemple dans la réponse du gouvernement du Canada à la violence armée dans nos communautés. »

Le texte intégral de la lettre peut être consulté ici : Singh Lettre Violence