8 mars 2018

La signature du PTP : une trahison aux gens qui travaillent, selon la députée Tracey Ramsey

ESSEX – La porte-parole du NPD en matière de commerce international, Tracey Ramsey, a déclaré que la signature par le gouvernement de l’Accord de partenariat transpacifique révisé constituait une trahison des travailleurs et des valeurs du Canada. Le gouvernement libéral a publié le texte de ce vaste accord commercial il y a à peine deux semaines, et à la signature du PTP, 27 lettres d’accompagnement additionnelles (contraignantes ou non contraignantes) ont été émises.

« Aujourd’hui, les libéraux ont signé un accord qui a été négocié derrière des portes closes, malgré une considérable opposition publique. Des experts pensent que cet accord sera néfaste pour nos secteurs de l’automobile et de la production manufacturière, ainsi que pour ceux soumis à la gestion de l’offre, a déploré Mme Ramsey. Je critique vivement cette signature, compte tenu de la situation houleuse dans laquelle le Canada se trouve actuellement avec son plus important partenaire commercial, les États-Unis. »
Mme Ramsey a poursuivi en disant : « En dépit des éloges que fait la ministre du Commerce international au sujet des nombreuses lettres d’accompagnement dans l’accord, la majorité de celles-ci sont inapplicables, alors ce n’est pas suffisant pour rendre cet accord économiquement viable ou progressiste. »

Selon certains experts, les répercussions économiques projetées du PTP ne montrent qu’une hausse négligeable de 0,082 % du PIB du Canada d’ici 2035. Le PTP contient des dispositions qui vont affaiblir davantage nos secteurs sous gestion de l’offre, ainsi que des dispositions investisseur-État qui altèrent la souveraineté de notre gouvernement.

Comme l’a fait remarquer Mme Ramsey : « Ce gouvernement a promis d’intégrer des éléments progressistes à tous ses accords commerciaux, mais le Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) renferme tous les mêmes problèmes que l’ancien PTP. Les dispositions relatives à l’environnement sont faibles. De plus, des personnes en emploi partout au Canada en subiront les effets, et c’est surtout le secteur manufacturier de l’Ontario qui sera durement touché, en raison de cette mauvaise décision du gouvernement fédéral. »

Les libéraux ont beaucoup insisté pour donner à cet accord négocié par les conservateurs une nouvelle image « progressiste », cependant il ne contient aucun chapitre sur le genre ni sur les droits des peuples autochtones, en plus de mettre en place de très faibles dispositions relatives au travail. En fait, les néo-démocrates trouvent particulièrement intéressant qu’en cette Journée internationale des femmes, les libéraux aient signé cet accord qui ne contient pas de chapitre sur le genre ni d’analyse comparative entre les sexes.

Les néo-démocrates ne cesseront jamais de lutter pour un commerce réellement équitable et progressiste qui respecte les droits des Canadiens et des Canadiennes.