11 mars 2015

Le Canada doit adopter une position ferme sur l’égalité des sexes à la Commission de la condition de la femme des Nations unies

La porte-parole du NPD en matière de condition féminine, Mylène Freeman (Argenteuil—Papineau—Mirabel), demande au gouvernement canadien d’adopter une position ferme sur l’égalité des sexes lors de la 59e commission de la condition de la femme des Nations unies, qui a lieu en mars au siège des Nations unies, à New York.

« Alors que nous célébrons le 20e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, le Canada est malheureusement en train de manquer sa chance d’adopter une position ferme et progressiste sur l’égalité des sexes », a déploré Mme Freeman.

L’engagement de la société civile et des groupes de femmes a été crucial pour la réalisation de la déclaration audacieuse et progressiste de Beijing, en 1995, qui visait à faire la promotion de l’égalité des sexes et des droits des femmes et des filles.

« Plus que jamais, nos leaders doivent faire preuve de détermination. Sur la scène internationale, tout comme chez nous au Canada, le gouvernement canadien devrait consulter, appuyer et inclure les organisations de femmes et de défense des femmes afin de réaliser l’égalité entre les sexes, d’assurer les droits des femmes et des filles et de permettre leur émancipation. »