Le gouvernement Harper doit rassurer les consommateurs et les exportateurs de boeuf

La découverte d’un nouveau cas d’encéphalite spongiforme bovine (ESB) dans un cheptel de bœufs de l’Alberta doit forcer le gouvernement conservateur à adopter rapidement des mesures pour assurer la salubrité des aliments et pour maintenir la confiance des consommateurs. La maladie de la vache folle a dans le passé dévasté le secteur agricole canadien, provoquant des milliards de dollars en pertes financières aux producteurs bovins.
 
« Même s’il s’agit d’un cas isolé, le ministre de l’Agriculture doit prendre ce cas au sérieux et s’assurer de trouver la source de la contamination le plus rapidement possible, a déclaré le porte-parole du NPD en matière d’agriculture, Malcolm Allen (Welland). Il faut agir rapidement pour protéger le moyen de subsistance des familles agricoles canadiennes en renforçant la confiance des consommateurs dans les produits bovins canadiens et en assurant leur accès aux marchés étrangers. »
 
L’Agence canadienne d’inspection des aliments, qui est responsable d’intervenir en cas de présence de maladies comme l’ESB, a subi d’importantes compressions financières au cours des dernières années. Dans des situations urgentes liées à la santé des animaux, une réponse rapide et efficace de l’ACIA est essentielle afin de réduire les risques et de rassurer les partenaires commerciaux du Canada.
 
« Il faut absolument maintenir le niveau de confiance des Canadiens et de nos partenaires commerciaux afin de créer des occasions d’affaires pour nos producteurs bovins, a déclaré la porte-parole adjointe du NPD en matière d’agriculture, Ruth Ellen Brosseau (Berthier—Maskinongé). C’est pourquoi nous continuerons de demande au ministre d’agir et de nous tenir informés sur la situation. »