29 mai 2018

Le NPD demande la fin des délais de traitement pour les ressortissants iraniens

Le député néo-démocrate Thomas Mulcair (Outremont) et la porte-parole du NPD en matière d’immigration, Jenny Kwan (Vancouver-Est), ont demandé une fois de plus aujourd’hui au gouvernement fédéral de corriger les délais excessivement longs dans le traitement des demandes de résidence permanente pour les ressortissants iraniens. Actuellement, les délais de traitement peuvent être de 300 % jusqu’à 1200 % plus longs pour ces personnes que pour d’autres demandeurs.

« Partout au pays, les demandes de résidence permanente de talentueux ressortissants iraniens sont bloquées dans le système. Récemment, le gouvernement a reconnu l’existence du problème, mais il n’a pris aucune mesure concrète pour y remédier. Des personnes qui ont vécu ici, qui ont étudié ici, qui ont travaillé ici et qui ont payé des impôts ici restent dans l’incertitude face à leur avenir, a déclaré Mme Kwan. Il s’agit précisément du type de personnes que le gouvernement fédéral dit vouloir attirer au Canada, et pourtant, notre gouvernement les laisse tomber. C’est tout simplement impossible d’imaginer la frustration, le stress et le fardeau financier que subissent ces demandeurs et demandeuses qui se retrouvent dans les limbes. »

Une fois de plus, le NPD demande au gouvernement de mettre fin à ces retards pour de bon. Le gouvernement doit immédiatement réviser le système actuel, déterminer ce qui cause les délais, revoir le processus afin d’empêcher qu’il y ait d’autres délais, et s’assurer que les ressortissants iraniens ne soient pas touchés par des temps d’attente incroyablement plus longs que pour les autres demandeurs.

« À de nombreuses occasions, nous avons communiqué l’urgence et l’ampleur des problèmes causés par les délais déraisonnables et excessifs auxquels font face plusieurs ressortissants iraniens demandeurs de résidence permanente, a ajouté M. Mulcair. Bien qu’ils aient admis l’existence du problème, les ministres Hussen et Goodale refusent de prendre des mesures pour régler la situation. Encore une fois aujourd’hui, nous redemandons aux deux ministres de réparer cette injustice. »