10 janvier 2018

Le NPD demande qu’un comité examine le scandale des batteries d’Apple

OTTAWA (ONTARIO) – Le député néo-démocrate de Windsor-Ouest, Brian Masse, a demandé aujourd’hui au Comité permanent de l’industrie, des sciences et de la technologie d’étudier le récent scandale associé aux batteries de l’iPhone d’Apple. La compagnie a reconnu que la performance de l’iPhone 6 ou de modèles plus anciens avait été délibérément ralentie dans une mise à jour récente du logiciel d’exploitation.

« Apple avait le devoir d’informer les utilisateurs que la mise à jour 10.2.1 de l’iOS allait affecter la performance de l’appareil. La vitesse de navigation est une caractéristique essentielle de tout appareil mobile. La compagnie aurait dû être plus transparente avec les consommateurs à propos des conséquences de la mise à jour du système d’exploitation, a déclaré M. Masse. Le consentement éclairé est un principe fondamental qui doit s’appliquer au secteur numérique, surtout dans le cas d’applications qui affecteront les fonctions de base de tout appareil, comme la vitesse de navigation ».

Le Parlement reprendra ses travaux à la fin du mois de janvier. À titre de vice-président du Comité permanent de l’industrie, des sciences et de la technologie, M. Masse veut que ce comité invite Apple et d’autres intervenants à Ottawa afin de discuter des répercussions qu’a cette affaire sur les consommateurs canadiens. La compagnie affirme que cette « caractéristique » a été ajoutée à la mise à jour logicielle pour répondre aux besoins en énergie de la navigation sur le Web. La capacité des batteries des appareils mobiles à fournir la puissance nécessaire pour la navigation à haute vitesse sur le Web diminue avec le temps (et par temps froid). Selon Apple, la mise à jour du logiciel ralentit délibérément la vitesse de navigation pour éviter que l’appareil se ferme. Des experts ont allégué que le ralentissement du système intégré dans la mise à jour du logiciel a été explicitement conçu pour accroître la demande des consommateurs pour le nouvel iPhone 8.

« Non seulement Apple a été malhonnête en n’informant pas les consommateurs, dans les points de vente, qu’il y avait au départ des problèmes de rendement avec les batteries, mais elle les a également induits en erreur en passant sous silence toutes les répercussions de la mise à jour du logiciel, a ajouté M. Masse. Apple doit être d’autant plus responsable sur le plan éthique que c’est l’une des plus grandes compagnies de technologie au monde, dont l’influence est puissante et que ses concurrents cherchent à émuler. »

Texte de la motion de M. Masse :

Que le Comité permanent de l’industrie, des sciences et de la technologie de la Chambre des communes tienne immédiatement des audiences pour entendre des représentants d’Apple, du Bureau de la concurrence et du CRTC à propos de la manipulation, par Apple, des batteries de l’iPhone afin d’en comprendre la portée sur le marché canadien, la concurrence, les droits des consommateurs et pour les Canadiens qui dépendent de ces téléphones à des fins personnelles et professionnelles.