Le NPD exige la prolongation du programme des travailleurs étrangers temporaires

La gestion lamentable du programme des travailleurs étrangers temporaires par les conservateurs anéanti tout espoir des travailleurs étrangers temporaires d’obtenir leur citoyenneté et privera les employeurs de leur personnel qualifié, déplore le NPD.

En vertu de changements faits par les conservateurs, les travailleurs étrangers temporaires qui travaillent au pays depuis quatre ans ou plus  devront obligatoirement retourner chez eux dès le 1er avril, réduisant ainsi à néant, pour un nombre d’entre eux, l’occasion d’obtenir leur résidence permanente.

« Ces travailleurs sont venus au Canada, ils ont travaillé à la sueur de leur front, ont respecté les règles et ont contribué à notre économie, car on s’était engagé à leur permettre de demander la citoyenneté canadienne. Mais sous les conservateurs, cette promesse a été brisée », a déclaré la porte-parole du  NPD en matière de citoyenneté et d’immigration, Lysane Blanchette-Lamothe (Pierrefonds – Dollard).

Le NPD a fait parvenir une lettre aux ministres Pierre Poilievre et Chris Alexander leurs demandant de permettre aux travailleurs étrangers temporaires qui ont fait une demande de résidence permanente de rester au Canada. Une telle mesure permettra également aux employeurs qui ont investi temps et argent dans la formation de ces travailleurs de conserver de des employés qualifiés.

« Les conservateurs ont systématiquement supprimé les voies qui menaient à la citoyenneté pour les travailleurs étrangers temporaires moins qualifiés. Maintenant, en imposant un échéancier arbitraire, ils vont forcer des personnes qui ont déjà déposé leur demande de résidence permanente à quitter le pays », a jouté la porte-parole du NPD en matière d’emploi et de développement social, Jinny Sims (Newton–Delta Nord).