5 avril 2018

Le NPD réagit aux derniers chiffres liés à la violation des données de Facebook

La déclaration suivante a été faite par le porte-parole du NPD en matière d’éthique, Charlie Angus, le porte-parole du NPD en matière de sécurité publique, Matthew Dubé, et le porte-parole du NPD en matière d’innovation, Brian Masse :

Facebook a révélé mercredi que Cambridge Analytica avait eu accès sans autorisation aux données privées de plus de 600 000 utilisatrices et utilisateurs de Facebook au Canada.

Cette violation illustre le besoin d’une surveillance accrue des monopoles des plateformes numériques, qui sont devenues des services incontournables du 21e siècle. Nous sommes passés à l’action pour assurer le respect du droit à la vie privée des Canadiennes et des Canadiens, pour réclamer une déclaration des droits numériques et pour faire pression afin d’adopter un cadre global équitable et transparent pour les services numériques.

Une motion de comité proposée par le NPD visant à lancer une enquête immédiate sur le scandale impliquant Facebook et Cambridge Analytica, de même que les implications en matière de vie privée d’autres plateformes numériques monopolistiques comme Amazon et Google, a été adoptée à l’unanimité il y a quelques semaines par le Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique.

Le NPD a aussi présenté une motion à la Chambre des communes afin d’instaurer une déclaration des droits numériques, qui inclurait un accès universel et abordable à Internet, des droits renforcés en matière de vie privée, la propriété des données personnelles et d’autres aspects clés de la citoyenneté numérique.

Alors que cette violation sans précédent était rapportée, le gouvernement libéral a annoncé qu’il allait enfin faire avancer le dossier de la réglementation tant attendue qui fera en sorte que la population canadienne soit avisée de tout accès non autorisé à ses données, et ce, trois ans après l’adoption de la Loi sur la protection des renseignements personnels numériques.

Le gouvernement entretient des liens trop étroits avec le monde des affaires et les grandes sociétés de technologies pour qu’on puisse compter sur lui pour protéger les Canadiennes et les Canadiens. Les néo-démocrates vont continuer de faire pression pour une économie numérique qui fait la promotion de services et de médias novateurs, tout en respectant la concurrence équitable, la responsabilité des entreprises, la protection de la vie privée et la surveillance publique.