8 novembre 2017

Le NPD veut faire la lumière sur les Paradise Papers

OTTAWA – Afin de faire la lumière sur les Paradise Papers et les stratagèmes permettant à de riches Canadiens d’éviter de payer leur juste part d’impôts, le NPD dépose une motion pour inviter Stephen Bronfman, président du financement du Parti libéral du Canada, et Leo Kolber ancien sénateur et ancien responsable du financement du Parti libéral du Canada, à expliquer leurs gestes devant le Comité permanent des Finances.

« Durant les jours ayant suivi la publication des Paradise Papers, il y a eu beaucoup d’information qui a circulé au sujet de stratagèmes impliquant ces individus, a dit le chef parlementaire du NPD, Guy Caron. Le NPD veut faire la lumière sur les mesures législatives et les échappatoires qui permettent à des gens d’éviter de payer leur juste part. En demandant à ces personnes de témoigner, nous espérons identifier les problèmes, dans le but de les régler. »

Le code fiscal canadien est criblé d’échappatoires qui profitent aux gens les plus riches du pays, mais qui laissent en plan les Canadiens qui travaillent fort. Le gouvernement libéral accentue cette disparité en négligeant de corriger ces échappatoires injustes, y compris le recours à des paradis fiscaux à l’étranger, des déductions d’options d’achat d’actions et des faveurs fiscales aux entreprises. Les libéraux ont fait campagne en promettant l’équité fiscale, mais ils ne sont pas passés à l’action sur les énormes faveurs fiscales, qui se soldent par des pertes de recettes fiscales se chiffrant en milliards de dollars par année.

« Les libéraux ne semblent pas comprendre qu’on parle ici de justice élémentaire. Les travailleurs canadiens paient leur juste part, tandis que de riches initiés ne le font pas, a dénoncé le chef du NPD, Jagmeet Singh. Les Canadiens veulent un gouvernement qui s’attaque de front à ce genre d’inégalité, au lieu d’excuser ses amis fortunés. »