12 septembre 2015

Le procureur général doit demander au directeur des poursuites pénales d'enquêter sur l'ingérence des employés du BPM au procès Duffy

Le NPD a écrit au procureur général, Peter MacKay, mais n’a toujours pas reçu de réponse des conservateurs.

Avec l’accumulation des preuves indiquant une possible ingérence politique au procès de Mike Duffy pour corruption, la porte-parole du NPD en matière de Justice, Françoise Boivin, a fait savoir que son parti a écrit au procureur général, Peter MacKay, pour l’enjoindre à communiquer avec le Directeur des poursuites pénales afin d'ouvrir une enquête sur les actions d’employés de haut rang du Bureau du premier ministre (BPM).

« Les échanges allégués entre des membres du Bureau du premier ministre et des témoins du procès ont de quoi inquiéter les Canadiens, a affirmé Françoise Boivin. On savait déjà que Nigel Wright était impliqué dans cette affaire. Mais au fur et à mesure qu'avance le procès, il semble que d'autres employés du BPM y aient participé, dont le chef de cabinet actuel du premier ministre, Ray Novak. »

Nigel Wright a admis qu'il avait été en contact avec Ray Novak par messagerie instantanée, deux semaines avant son témoignage. De plus, CTV a révélé que le directeur de la gestion des enjeux, Nick Koolsbergen, avait assisté au témoignage de Chris Woodcock et qu'il avait discuté avec lui pendant les pauses de l'audience.

« Les Canadiens veulent des réponses, mais les conservateurs de Stephen Harper refusent tout simplement de dire la vérité, a déploré Mme Boivin. Le procureur général a la responsabilité de s'assurer que toute tentative de pression exercée sur un témoin sous serment soit revue par le Bureau du directeur des poursuites pénales et soit portée à l’attention des autorités pertinentes. »