13 décembre 2017

Les libéraux doivent abolir les obstacles juridiques touchant les survivants du pensionnat St. Anne

OTTAWA – Le NPD demande encore une fois au gouvernement libéral d’arrêter d’essayer de faire entrave aux droits des survivants du célèbre pensionnat indien St. Anne de Fort Albany, en Ontario. Les survivants ont été forcés de se présenter à nouveau devant la Cour supérieure dans le but de mettre fin aux obstacles que placent sur leur chemin les avocats du gouvernement.

« Le gouvernement lutte bec et ongles contre les survivants de St. Anne depuis des années, d’abord en camouflant des documents, puis en forçant les survivants à trouver des témoins pour vérifier les preuves fournies par la police. C’est une revictimisation des survivants, qui ont souffert de sévices horribles, a déploré le porte-parole du NPD en matière d’affaires autochtones (jeunesse), Charlie Angus. Les tactiques du gouvernement trahissent la promesse du premier ministre de faire de la réconciliation une réalité pour les survivants des pensionnats indiens. »

Les entraves posées par le gouvernement émanent d’une décision par les avocats du gouvernement de supprimer des milliers de pages de preuves recueillies par la police qui documentent les crimes horribles d’abus, de torture et de viols d’enfants commis dans la tristement célèbre institution.

Le gouvernement a été obligé de divulguer les dossiers au sujet de chaque pensionnat, afin qu’un processus judiciaire indépendant puisse examiner le cas de chaque survivant, en bénéficiant de tout le contexte requis. Le refus continu du gouvernement de reconnaître les preuves de procédures civiles antérieures a fait en sorte qu’il est difficile pour les survivants de tourner la page.

« On se trouve au cœur d’un enjeu de réconciliation et de justice, a ajouté M. Angus. Si les survivants de l’un des pires pensionnats de l’histoire du Canada ne peuvent pas compter sur le gouvernement comme partenaire dans leur processus de guérison, que peuvent espérer les peuples autochtones de partout au pays? La ministre Bennett doit mettre fin à cette lutte. »