8 novembre 2017

Les libéraux votent contre le droit au logement

OTTAWA — Aujourd’hui, les libéraux ont défait le projet de loi C-325 sur le droit au logement. Présenté par la députée néo-démocrate Rachel Blaney, ce projet de loi avait pour but d’intégrer dans la législation canadienne le droit au logement, qui est reconnu à l’échelle internationale.

« Les Canadiens vivent une crise du logement sans précédent, et il est temps d’adopter une approche différente. Le fait d’aborder la question du logement sous l’angle des droits de la personne apporte une vision plus cohérente, au-delà de l’aménagement matériel, en abordant les causes systémiques de l’insécurité en matière de logement, a affirmé Mme Blaney. Les libéraux aiment parler du logement comme d’un droit de la personne, mais le fait qu’ils refusent d’adopter une loi en ce sens démontre un manque de responsabilité et de vision de leur part dans l’optique d’une future stratégie nationale sur le logement. »

Le droit au logement était un thème récurrent durant les consultations du gouvernement sur le logement. Des intervenants ont clairement fait ressortir la nécessité d’un droit au logement légalement reconnu. Ils ont exprimé avec insistance qu’une stratégie nationale sur le logement devrait examiner si nos lois, nos politiques et nos pratiques suffisaient pour prévenir l’itinérance, les expulsions forcées et la discrimination dans l’accès à un logement convenable.

« Le gouvernement doit annoncer dans les prochaines semaines les détails de sa stratégie en matière de logement. Ce projet de loi lui donnait l’occasion de démontrer le sérieux de sa démarche en reconnaissant formellement le droit de toute personne d’avoir un toit sur la tête, a conclu la porte-parole du NPD en matière de logement, Marjolaine Boutin-Sweet. Malheureusement, il n’a pas su la saisir. Il est temps que ce gouvernement arrête de parler et commence à agir. »