LES PIRES BASSESSES POLITIQUES DE 2014 – Nº5 : Les conservateurs de Stephen Harper piétinent la Loi électorale

En 2014, nous avons eu un gouvernement conservateur éclaboussé par les scandales, déconnecté de la réalité des Canadiens et uniquement préoccupé par les séances photo et ses propres intérêts partisans. Pendant ce temps, les libéraux de Justin Trudeau n’ont pas été en mesure de demander des comptes aux conservateurs et après deux ans, on ne connaît toujours pas leur opinion sur les enjeux importants.

Voici notre liste des pires bassesses politiques de l’année 2014. Vous y trouverez les scandales et les preuves d’incompétence des conservateurs de cette année… BASSESSE Nº 5 : Les conservateurs de Stephen Harper piétinent la Loi électorale

Les Canadiens méritent un système électoral juste et intègre.  Or, jamais dans notre histoire un gouvernement n’a utilisé sa majorité pour faire adopter un projet de loi qui donnera un avantage à son propre parti aux prochaines élections. C’est ce qui est pourtant arrivé en mai dernier, alors que les conservateurs ont fait adopter leur très controversée « déforme » électorale.

Du coup, les conservateurs ont rejeté les propositions du NPD visant à donner aux enquêteurs les outils dont ils ont besoin pour contrer la fraude électorale, préserver l’indépendance d’Élections Canada et conférer au Directeur général des élections le droit d’encourager les Canadiens à voter. Les conservateurs ont affaibli notre démocratie et ce sont les Canadiens qui en font les frais, comme on l’a notamment vu dans le scandale des appels automatisés frauduleux qui ont privé certains électeurs de leur droit de vote.

La vérité, c’est que les conservateurs n’ont aucun intérêt à renforcer la Loi électorale.

Bien que quelques conservateurs aient été condamnés au cours des derniers mois pour diverses fraudes électorales (Dean Del Mastro, Michael Sona),  les procès concernant les appels automatisés frauduleux ont  clairement démontré que le directeur général des élections et le commissaire aux élections fédérales avaient besoin de pouvoirs supplémentaires pour aller au fond de choses.  Malgré le fait que les juges Gary Hearn et Richard Mosley aient conclu que la base de données des conservateurs avait été utilisée à des fins criminelles et que plusieurs personnes auraient été impliquées dans ce stratagème, seul Michael Sona a finalement été condamné.

En l’absence du pouvoir de contraindre des individus à témoigner, il est difficile pour les enquêteurs de faire la lumière sur les malversations qui leurs sont rapportées. Et ce ne sont pas les conservateurs qui vont s’en plaindre….

Après 9 ans sous la gouverne des conservateurs, les Canadiens ne peuvent pas se permettre d’attendre que Justin Trudeau soit prêt. Les Canadiens méritent mieux.

Vous pouvez faire confiance aux néo-démocrates de Thomas Mulcair pour obliger les conservateurs à rendre des comptes, tout en aidant et en proposant des solutions concrètes pour les familles.