LES PIRES BASSESSES POLITIQUES DE 2014 – Nº8 : Les brusques changements de caps de Trudeau

En 2014, nous avons eu un gouvernement conservateur éclaboussé par les scandales, déconnecté de la réalité des Canadiens et uniquement préoccupé par les séances photo et ses propres intérêts partisans. Pendant ce temps, les libéraux de Justin Trudeau n’ont pas été en mesure de demander des comptes aux conservateurs et après deux ans, on ne connaît toujours pas leur opinion sur les enjeux importants.

Voici notre liste des pires bassesses politiques de l’année 2014. Vous y trouverez les scandales et les preuves d’incompétence des conservateurs de cette année… BASSESSE Nº: Les brusques changements de caps de Trudeau

L’année 2014 n’a pas été facile pour le chef libéral Justin Trudeau. Malgré de nombreuses  opportunités d’afficher une position claire sur plusieurs enjeux, il a multiplié les brusques  changements de caps, prouvant qu’il ne sait pas où il s’en va.

Le 11 septembre dernier, Justin Trudeau a d’abord dit que ce serait une erreur que d’intensifier l’implication du Canada en Irak. Au cours de la même journée, il a changé son fusil d’épaule en affirmant au Globe and Mail qu’il n’écartait pas la possibilité d’envoyer des avions de combat (en plus de faire une blague phallique de mauvais goût).

Sa mauvaise gestion du dossier fut d’ailleurs remarquée :

« Trudeau semblait résolu à jouer un rôle de soutien. D’abord en déléguant au porte-parole libéral en matière d’affaires étrangères, Marc Garneau, son rôle de chef lors des débats à la Chambre des communes, puis en ne proposant aucun plan de rechange. »
Chantal Hébert, Toronto Star, 8 octobre 2014

Trudeau semble également réticent à l’idée d’agir dans l’intérêt des Canadiens. Il ainsi voté contre la proposition du NPD d’adopter le mode de scrutin proportionnel pour des élections plus équitables. Au moins, 16 députés libéraux ont décidé d’ignorer leur chef et de voter en faveur de cette proposition.

Peut-être que l’an prochain nous connaitrons sa positon.

Après 9 ans sous la gouverne des conservateurs, les Canadiens ne peuvent pas se permettre d’attendre que Justin Trudeau soit prêt. Les Canadiens méritent mieux.

Vous pouvez faire confiance aux néo-démocrates de Thomas Mulcair pour obliger les conservateurs à rendre des comptes, tout en aidant et en proposant des solutions concrètes pour les familles.