26 juin 2018

Les travailleurs et travailleuses font les frais de l’incertitude commerciale, selon le NPD

OTTAWA – À Ottawa mardi, le Comité du commerce de la Chambre des communes a tenu une réunion d’urgence pour discuter de l’incertitude entourant le commerce entre le Canada et les États-Unis. Lors de cette réunion, la porte-parole du NPD en matière de commerce international, Tracey Ramsey, a mis l’accent sur la manière dont le gouvernement peut protéger les travailleurs et les travailleuses du Canada contre les tarifs douaniers actuels pour l’acier et l’aluminium du président Trump, et contre la menace de tarifs pour le secteur de l’automobile.

« En raison des actions de Donald Trump, la relation commerciale entre le Canada et les États-Unis est extrêmement précaire à l’heure actuelle, et ce sont les travailleurs et les travailleuses qui en font les frais, a déclaré Mme Ramsey. La population canadienne attend encore l’entrée en vigueur de nos tarifs de représailles, et nous ignorons toujours quelles mesures de soutien le gouvernement offrira aux travailleurs et aux travailleuses, ainsi qu’à leurs communautés. »

Le NPD a aussi demandé au gouvernement de s'assurer que les tarifs de représailles proposés n'auraient pas de conséquences négatives involontaires pour des industries telles que la navigation de plaisance et la vente au détail d’ameublement.

« Les travailleurs et les travailleuses des industries canadiennes de l’acier et de l’aluminium font face à énormément d’incertitude, et les industries sont très inquiètes au sujet des tarifs douaniers supplémentaires, a déclaré Karine Trudel, porte-parole adjointe du NPD en matière de commerce international. Les libéraux ont besoin d’un plan concret pour protéger les emplois de centaines de milliers de personnes au Canada. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre plus longtemps. »