15 mai 2019

Déclaration du NPD à l’occasion du 100e anniversaire du début de la grève générale à Winnipeg

Jagmeet Singh, le chef du NPD du Canada, a fait la déclaration suivante :

« Il y a cent ans aujourd’hui, des dizaines de milliers de travailleurs et travailleuses de Winnipeg ont quitté leur poste de travail et sont descendus dans la rue pour exiger la libre négociation collective et de meilleures conditions de travail.

La grève générale de Winnipeg a duré plusieurs semaines et s’est terminée par le "samedi sanglant" (Bloody Saturday), une confrontation de masse au milieu de la rue Main entre des grévistes et d’anciens soldats à gage sur des chevaux. Lorsque la fumée s’est dissipée, deux personnes ont été retrouvées mortes. Cela a mis fin à la première des nombreuses grèves générales qui ont eu lieu par la suite partout sur le continent.

Plusieurs leaders de la grève ont été emprisonnés. Mais ces militants syndicaux savaient que le véritable changement exigeait plus que de descendre dans la rue – ils devaient s’engager en politique. Bon nombre d’entre eux ont été élus à la Chambre des communes, à l’Assemblée législative provinciale et au Conseil municipal. Certains ont même été élus pendant qu’ils étaient encore en prison!

L’un de ces leaders, J. S. Woodsworth – dont les accusations ont été abandonnées – a été élu député fédéral. Il est ensuite devenu l’un des fondateurs de la Fédération du Commonwealth coopératif (CCF en anglais), qui est ensuite devenu le NPD. En tant que militant syndical, il avait compris qu’en devenant un politicien élu, il pourrait se battre pour les travailleurs et les travailleuses au plus haut niveau décisionnel.

C’est encore vrai aujourd’hui.

Alors que les néo-démocrates se souviennent de la grève générale de 1919 à Winnipeg et de la façon dont cet événement a changé le Canada, nous renouvelons notre engagement à faire entendre la voix des travailleurs et travailleuses à la Chambre des communes.

Comme l’histoire ne cesse de nous le montrer, le NPD est la voix du changement. Ensemble, nous pouvons changer le cours de l’Histoire pour le mieux. »