Assurer la sécurité des Canadiens, c'est aussi protéger leurs droits

Après avoir mené une analyse exhaustive du projet de loi C-51, le chef du NPD, Tom Mulcair, a annoncé que les néo-démocrates allaient s'y opposer.

« Le terrorisme est une menace bien réelle et la sécurité publique doit être la priorité de tout gouvernement. Mais sacrifier nos libertés pour assurer notre sécurité, c'est contradictoire, a affirmé M. Mulcair. Nous avons la responsabilité de défendre nos valeurs et de ne jamais fléchir devant ces fous furieux qui s'en prennent à notre mode de vie. »

Le NPD a détecté plusieurs problèmes importants dans le projet de loi C-51. En effet, il tente d'accorder de nouveaux pouvoirs à la SCRS sans améliorer les mécanismes de surveillance et contient des dispositions qui pourraient léser les droits de dissidents légitimes. De plus, le gouvernement n'a présenté aucun plan de lutte à la radicalisation au sein des communautés canadiennes.

« C'est un projet de loi trop vaste, trop vague et qui sera probablement inefficace. Les conservateurs préfèrent jouer des jeux politiques. Ils ont intimidé les libéraux, qui leur ont donné carte blanche pour adopter n'importe quelle loi, même un projet de loi comme C-51, qui va trop loin, a dénoncé M. Mulcair. Les Canadiens peuvent compter sur le NPD pour défendre nos droits et libertés. C'est une question de principe. »