Ce qu’ils disent : « Le NPD s’enracine au Québec »

Quatre ans après la percée historique du NPD au Québec, l’équipe de Tom Mulcair a su gagner la confiance des Québécois.

Voici ce que Joël-Denis Bellavance, journaliste à La Presse, a écrit cette semaine : 

« À quelque six mois du déclenchement des prochaines élections fédérales, la normalité, selon le dernier sondage réalisé pour La Presse par la firme CROP, c'est que le NPD s'enracine au Québec et qu'il ne cédera pas sa place facilement aux libéraux de Justin Trudeau, au Bloc québécois de Mario Beaulieu ou encore aux conservateurs de Stephen Harper. Le NPD est donc devenu, quatre ans après cette fameuse vague orange, un feu de paille qui ne veut pas mourir.

C'est chez les électeurs francophones que le NPD fait le plein d'appuis. En effet, les troupes de Thomas Mulcair sont le choix de 33% des électeurs francophones. Ce sont ces derniers, faut-il le rappeler, qui détermineront le vainqueur dans la majorité des 78 circonscriptions du Québec qui seront représentées à la Chambre des communes aux prochaines élections… Visiblement, l'étoile de Justin Trudeau a perdu de son lustre au Québec. »

Chantal Hébert, une autre analyste politique qui connaît bien le Québec émet un point de vue similaire dans le Toronto Star :

« Est-ce que le scénario politique de la dernière élection au Québec serait sur le point de se répéter pour les libéraux ? C’est la question que se posent les dirigeants du parti au plan local alors qu’ils voient l’étoile de leur formation politique pâlir dans la province de Justin Trudeau. Le dernier sondage CROP, publié par La Presse en fin de semaine, place les libéraux carrément derrière les néo-démocrates dans le Québec francophone… Le NPD a 10 points d’avance… les libéraux fédéraux pourraient être boudés par les électeurs francophones pour une troisième élection consécutive – et par le fait même, ils pourraient ne pas récolter suffisamment d’appuis pour reprendre le pouvoir…

La campagne préélectorale de Justin Trudeau au Québec est encore plus générale que celle de son prédécesseur. Cela comprend des publicités à la radio fraîchement produites qui sont tellement dépourvues de saveur locale que si elles étaient des bagels aucune boulangerie qui se respecte à Montréal n’admettrait qu’ils sortent de ses fourneaux. » 

Après une décennie de gouvernement conservateur, les Québécois sont prêts pour du changement. Ils savent que seul Tom Mulcair à l’expérience qu’il faut pour remplacer Stephen Harper et le plan pour réparer les dégâts qu’il a causés.

Ajoutez votre nom et dites que vous embarquez pour faire élire le premier gouvernement NPD du Canada : www.npd.ca/jembarque