Déclaration du NPD à l’occasion de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture

Le député du NPD Wayne Marston (Hamilton Est-Stoney Creek) a émis la déclaration suivante à l’occasion de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture :

« Le 26 juin, nous nous joignons à tous les membres de la communauté internationale des droits de la personne et rendons hommage aux victimes de la torture.

L’interdiction de la torture est bien établie en droit international. Tous les États et tous les territoires sous leur compétence sont tenus de la respecter. Elle s’applique sous toutes les circonstances, aussi bien en temps de guerre qu’en temps de paix. La torture est interdite même quand on la nomme autrement. Les traitements cruels et inhumains sont inacceptables et illégaux, peu importe le nom qu’on leur donne.

Le Canada fut l’un des premiers pays à ratifier la Convention de l’ONU contre la torture, mais il n’a toujours pas ratifié le protocole facultatif de la Convention contre la torture.

En 2011, le ministre de la Sécurité publique de l’époque, Vic Toews, a permis aux organismes d’application de la loi de se servir de renseignements obtenus par la torture dans ce qu’il a qualifié de « circonstances exceptionnelles ». Ce faisant, il violait l’article 15 de la Convention de l’ONU contre la torture, qui précise que les États ne peuvent se servir de preuves obtenues par la torture.

À l’occasion de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, notre pays doit réitérer son engagement à ne jamais tolérer la torture, de près ou de loin, d'un autre être humain. Nous devons également redoubler d’efforts sur la scène internationale afin de nous assurer que plus aucun être humain ne soit soumis à cette odieuse pratique. »