Discours de Tom Mulcair -- Bâtir un Toronto meilleur

Merci Jennifer.

Bonjour Toronto!

Êtes-vous prêts pour le changement à Ottawa?

Êtes-vous prêts à remplacer la politique de la peur par la politique de l’espoir et de l’optimisme?

Êtes-vous prêts à remplacer les conservateurs de Stephen Harper par un gouvernement néo-démocrate afin de bâtir un Toronto meilleur?

Moi aussi, je suis prêt.

Je suis heureux d’être de retour dans cette très belle ville.

Je me suis beaucoup promené récemment dans le Grand Toronto avec Catherine…

… que ce soit dans l’est du quartier chinois, dans le quartier portugais, dans Parkdale, dans Riverdale, dans le quartier des plages, à Brampton ou à Mississauga… une chose est sûre…

… Après neuf ans sous Stephen Harper et les conservateurs, les Torontois sont prêts pour le changement…

Et c’est très facile de comprendre pourquoi.

Les familles de la classe moyenne et ceux qui se battent pour en faire partie travaillent plus dur que jamais, mais elles arrivent à peine à se sortir la tête de l’eau.

Les revenus baissent et la dette des ménages ne cesse d’augmenter.

Le taux de chômage chez les jeunes est tel que, pour la première fois, la prochaine génération recevra moins que la précédente, tout en héritant d’une dette économique, sociale et environnementale colossale.

Les jeunes familles n’arrivent pas à trouver des services de garderie abordables. C’est mauvais pour l’économie.

Il y a un quart de millions de travailleurs canadiens de plus qui sont au chômage aujourd’hui qu’avant la récession de 2008.

La moitié des ménages du Grand Toronto n’ont pas un seul emploi à temps plein.

Le taux de chômage chez les jeunes à Toronto est de 16 %.

Les emplois qui sont créés sont des emplois à temps partiel et des emplois précaires. Selon la CIBC, la qualité des emplois aujourd’hui est à son niveau le plus bas en deux décennies.

Pendant ce temps, le fossé qui sépare la classe moyenne et les plus riches de notre société n’a jamais été aussi profond et il continue de se creuser.

Toronto sait cela mieux que toute autre ville du Canada.

L’organisme Centraide a souligné le mois dernier que Toronto était la capitale des inégalités du Canada. 

Pour la première fois dans l’histoire de notre pays, la génération actuelle est moins bien nantie que celle de leurs parents.

Mais on peut faire autrement.

C’est pourquoi les Torontois veulent le changement à Ottawa.

Mes amis ce changement est à portée de mains. Il ne suffit que de se nantir de quelques sièges néo-démocrates de plus ici à Toronto. Nous pouvons défaire Stephen Harper et mettre le Canada sur la bonne voie

.

****

Ce que nous offrons aux Torontois, ce que nous offrons aux Canadiens, c’est une vision claire pour bâtir un projet de société durable.

Des solutions concrètes pour rendre la vie plus abordable pour la classe moyenne.

Au cours des derniers mois, nous avons annoncé quelques-unes de nos solutions pratiques pour réparer les dommages que Stephen Harper a infligés au Canada pour remettre le pays sur la bonne voie.

Sous Stephen Harper, les aînés de Toronto et de partout au Canada ne peuvent pas prendre leur retraite avant l’âge de 67 ans.

Nous ramènerons l’âge de la retraite à 65 ans. 

Sous Stephen Harper, il n’y a pas de salaire minimum à l’échelle fédérale.

Nous allons changerça et établir un salaire minimum fédéral de 15 $ l’heure.

Sous Stephen Harper, davantage d’argent sort des poches des contribuables pour aller dans les poches de quelques privilégiés.

Nous renverserons la vapeur et nous commencerons par mettre fin au régime injuste de fractionnement du revenu.

Plutôt que de prendre des milliards de dollars des poches des familles qui triment dur chaque jour pour les offrir en cadeau aux 15 % les plus riches, nous remettrons cet argent aux familles de la classe moyenne ici à Toronto.

Mes amis, Toronto est une ville extraordinaire.

Depuis des siècles, ce lieu sur la rive nord du lac Ontario, territoire traditionnel de Mississauga, sert d’endroit où s’établir, où se lancer en affaires, où élever une famille et où bâtir des communautés.

C’est un endroit où les gens viennent pour poursuivre leurs rêves.

Avec plus de 80 000 nouveaux immigrants arrivant chaque année à Toronto, c’est vraiment la ville du Canada où l’on accueille l’étranger.

Toronto abrite un million et demi de personnes très éduquées et de travailleurs qualifiés qui comptent pour un sixième de la main-d’œuvre du Canada.

Toronto abrite également 90 000 entreprises, génère des exportations de 70 milliards $ et produit 20 % du PIB du Canada.

Les fondements de cette métropole dynamique sont ses habitants qui sont généreux, progressistes et travaillants. 

Il est temps de bâtir un Toronto meilleur en nous appuyant sur cette base. 

En ce qui concerne l’avenir de Toronto et de toutes nos grandes villes, je crois qu’il est temps de recommencer à penser grand, à être audacieux, à aller au-delà et de bâtir le Canada de nos rêves.

C’est ici que tout commence mes amis.

Car c’est seulement quand Toronto est fort que le Canada est fort. Le Canada prospère quand Toronto prospère. Et en tant que premier ministre, je tâcherai de bâtir avec vous un Toronto meilleur et un Canada plus fort.

Alors que pendant des années les libéraux ont tenu pour acquis Toronto et que les conservateurs ont tout simplement ignoré cette ville, ce sont les députés néo-démocrates de Toronto qui ont lutté pour les intérêts de cette ville.

Vos députés néo-démocrates de Toronto – Rathika, Dan, Matthew, Craig, Andrew, Mike et Peggy ont lutté inlassablement pour Toronto.

Matt lutte pour un programme urbain.

Andrew défend les intérêts des travailleurs en milieu urbain qui occupent des emplois précaires ou qui travaillent à leur propre compte.

Rathika lutte pour éliminer la pauvreté chez les enfants à Toronto et partout ailleurs au Canada.

Mike lutte pour le logement à Toronto et les personnes handicapées.

Dan lutte afin de rendre plus accessible l’éducation postsecondaire.

Peggy lutte pour la sécurité ferroviaire à Toronto et un transport ferroviaire propre.

Et Craig lutte afin d’assurer que chaque vote compte à Toronto et dans le reste du Canada en mettant en place un système de représentation proportionnelle.

C’est ce qui passe lorsque vous élisez des députés néo-démocrates de Toronto. Ils défendent les intérêts de cette ville et luttent pour les gens qui font de cette ville une ville incroyable.

****

Car pour que nos villes puissent prospérer, elles ont besoin d’être soutenues.

Elles ne peuvent pas y arriver seules. C’est vrai aussi pour Toronto.

Les entreprises. Les travailleurs. Et les trois paliers de gouvernement.

En unissant nos forces, nous pouvons relever les défis qui se dressent devant nous. 

Aujourd’hui, je souhaite partager avec vous ma vision pour un Toronto meilleur et les étapes que prendra un gouvernement néo-démocrate à Ottawa pour faire de cette vision une réalité.

Je crois fermement que chaque ville du Canada devrait avoir une infrastructure du transport en commun moderne afin que ses habitants puissent se déplacer rapidement et à un prix raisonnable.

L’un des enjeux les plus importants des dernières élections municipales de Toronto en automne dernier était le transport en commun – et pour cause.

Les autobus sont bondés, les tramways doivent toujours être réparés et les voies de métro n’ont pas progressé au même rythme que l’accroissement de la population.

Résultat? Les délais sont longs et il y a plus d’embouteillages.

En effet, le temps de trajet moyen à Toronto de 80 minutes par jour est plus long que celui de Londres, New York et Los Angeles.

Les embouteillages coûtent 6 milliards $ en pertes de productivité à la ville de Toronto.

Mais on peut faire autrement.

Sous les conservateurs de Stephen Harper, les gouvernements municipaux sont obligés de faire le choix entre le transport en commun et les infrastructures.

C’est un faux choix.

Les villes comme Toronto ne devraient pas avoir à choisir entre de meilleures rues ou un meilleur système de transport en commun. Les deux sont essentiels.

Elles ne devraient pas non plus avoir à quêter pour qu’Ottawa s’engage à leur offrir un financement exceptionnel et ponctuel, qui pourrait disparaître demain.

Sous un gouvernement néo-démocrate, nous créerons une enveloppe de financement spéciale pour le transport en commun et notre engagement sera permanent, stable et prévisible.

Afin de bâtir un Toronto meilleur, les décideurs locaux doivent pouvoir faire des plans à long terme.

Jack Layton s’est battu et a été capable d’obtenir un financement stable pour le transport en commun lorsqu’il a poussé pour le transfert fédéral de la taxe sur l’essence et pour l’augmentation des investissements en matière de transport en commun.

J’ai annoncé l’année dernière qu’une des premières choses que réaliserait un gouvernement néo-démocrate serait de faire le transfert d’un cent supplémentaire de la taxe de l’essence existante pour financer les projets de transport en commun partout au Canada. Cela amènerait 420 millions $ de plus dans les coffres des municipalités, soit 90 millions $ par année au Grand Toronto.

En ce qui concerne les mesures additionnelles, je dis ceci aux leaders municipaux : venez me voir avec des plans concrets et élaborés à l’échelle locale qui réduisent de manière importante les temps de déplacement — et vous pourrez toujours compter sur moi pour être votre partenaire.

Permettez-moi de dire au maire Tory et au conseil municipal tout entier : un gouvernement néo-démocrate à Ottawa c’est un partenaire stable et à long terme en matière de transports en commun. Ensemble nous pourrons nous assurer que les habitants de Toronto peuvent bouger allègrement.

Je crois profondément que chaque famille avec des enfants devrait recevoir le soutien dont elles ont besoin, dont l’accès à des services de garderie abordables.

Aujourd’hui, ce sont près de 20 000 familles de la ville de Toronto qui sont sur des listes d’attente pour obtenir une place en garderie et des dizaines de milliers de plus qui ont besoin de services de garderie abordables.

La ville de Toronto a les frais les plus élevés en matière de garde de nourrissons au Canada et Brampton est la ville où les services de garderie sont les moins abordables de tout le pays. À Brampton, le coût des services de garderie représente 36 % du salaire moyen d’une femme, l’équivalent de quatre mois de travail.

Rappelons-nous que lorsqu’il n’y a pas de service de garde abordable, c’est presque toujours les femmes qui doivent faire des sacrifices par rapport à leurs carrières.

Un gouvernement néo-démocrate bâtira un Toronto meilleur

en mettant en place des services de garderie à 15 $ par jour. Une fois que cela sera pleinement mis en œuvre, nous créerons un million de places en garderie partout au Canada, dont 164 000 dans le Grand Toronto.

Selon le NPD, le logement abordable est un droit au Canada.

Aujourd’hui, près de 100 000 familles sont sur une liste d’attente pour un logement abordable à Toronto uniquement.

La ville et la province ne peuvent pas régler ce problème toutes seules, elles ont besoin d’un vrai partenaire à Ottawa.

En 1972, David Lewis a réussi à établir la stratégie fédérale sur le logement abordable moderne et en 2005 le budget plus équilibré de Jack Layton prévoyait un investissement de plus d’un milliard de dollars en logement abordable.

C’était des étapes importantes à passer, mais si nous souhaitons régler la crise du logement abordable, nous devons aller plus loin.

Un gouvernement néo-démocrate bâtira un Toronto meilleur

en devenant un partenaire stable à long terme en matière de logement abordable.

Je désignerai un ministre aux affaires urbaines. Pendant les 100 premiers jours à la suite des élections, il aura comme mandat de déterminer quelles prolongations des investissements en matière de logement abordable devant expirer sont nécessaires et de déterminer quels nouveaux investissements doivent être faits afin d’assurer que nous pouvons régler la crise du logement abordable et de l’itinérance à Toronto et ailleurs au Canada.

Nous allons travailler avec les provinces et territoires sur ces importantes questions et non pas à leur place.

Nous pensons que chaque nouveau Canadien qui vient faire partie de notre magnifique pays devrait pouvoir  réaliser le rêve canadien… grâce à ses talents et ses compétences.

Des millions de personnes font cela tous les jours. C’est l’une des choses qui fait de Toronto la grande ville qu’elle est.

Reste que de nombreux nouveaux Canadiens qui souhaitent réaliser leur plein potentiel ne le peuvent pas parce que les conservateurs de Stephen Harper en font trop peu pour assurer la réunification des familles et aider les nouveaux citoyens à se joindre à la main-d’œuvre canadienne.

Un gouvernement néo-démocrate bâtira un Toronto meilleur

en accélérant le traitement des demandes d’immigration pour que les familles soient réunifiées plus rapidement ...

… Et nous travaillerons avec les provinces, les territoires et les intervenants afin de simplifier la reconnaissance des titres de compétence étrangers et de veiller à ce que chaque nouveau Canadien puisse participer pleinement à la vie économique. 

Les petites entreprises sont la charpente de nos communautés locales.

À Toronto et partout au Canada, les petites entreprises créent quatre-vingts pour cent de tous les nouveaux emplois.

Il y a des milliers de petites entreprises qui cherchent à croître partout dans le Grand Toronto.

Elles embauchent des travailleurs locaux. Elles investissent dans leurs communautés. Il est temps de laisser souffler les petites entreprises et de les aider à créer davantage d’emplois.

Un gouvernement néo-démocrate bâtira un Toronto meilleur en réduisant le taux d’imposition des petites entreprises de Toronto, en le faisant passer de 11 pour cent à 9 pour cent puis à 9 pour cent. 

Cela permettra aux petites entreprises de Toronto de s’accroître, de faire de leurs employés à temps partiel des employés à temps plein et d’embaucher davantage de travailleurs.

Alors que les conservateurs et les libéraux souhaitent offrir des cadeaux fiscaux aux sociétés les plus riches, le NPD récompensera les créateurs d’emploi, dont les petites entreprises de Toronto.

****

Chaque ville mérite un réseau de transport en commun moderne et efficace.
Le fédéral doit jouer un rôle avec un financement stable et prévisible.

Cela améliorera la qualité de vie de la classe moyenne en réduisant le temps gaspillé entre le travail et la maison.

Une qualité de vie qu’un gouvernement du NPD améliorera aussi en mettant en place un programme pancanadien de garderies abordables, incluant 164 000 espaces à 15 dollars ici à Toronto.

Le NPD fera du logement abordable une priorité, en commençant par la nomination d’un ministre responsable des Affaires urbaines, avec comme mandat de remettre sur les rails les ententes fédérales-provinciales en matière de logement.

Nous mettrons aussi en place des mesures pour aider nos PME, en réduisant le taux d’imposition pour les petites entreprises à 9 %.

Nous allons aider nos entrepreneurs à trouver de la main-d’œuvre compétente en améliorant le processus de reconnaissance des diplômes étrangers.

Un meilleur système de transport en commun, des services de garderie abordable, des logements abordable, offrir de l’aide aux nouveaux Canadiens et aux petites entreprises — voici quelques-unes de nos solutions concrètes qui nous permettront de créer un Toronto meilleur et un Canada plus fort.

****

Mes amis, j’ai appris une chose ou deux au cours de mes 35 années de service public.

À la table du Cabinet, j’ai participé jour après jour à la prise de décisions difficiles.

Qu’il s’agisse de rencontrer les premiers ministres afin de discuter de l’avenir de la fédération ou de rencontrer des dirigeants mondiaux afin de discuter de débouchés économiques mondiaux ou de menaces terroristes, il est évident qu’être premier ministre n’est pas un emploi de premier échelon.

Au cours des prochaines semaines et des prochains mois, nous inviterons tous les Canadiens à se poser les questions suivantes : quel chef à l’expérience nécessaire pour défaire Stephen Harper? Quel chef a le meilleur plan pour réparer les dommages qu’il a infligés à notre pays?

L’histoire de ma famille est celle de millions de familles canadiennes.

J’ai grandi dans une famille de 10 enfants. Nous devions travailler pour avoir tout ce que nous avions.

Certes, ce n’était pas facile.

Nous travaillions fort, respections les règles et vivions selon nos moyens.

Nous avons appris l’importance de s’occuper les uns des autres, d’être solidaires de la collectivité, de la générosité.

Ce sont les valeurs qui me guident en tant qu’époux, père et grand-père.

Ce sont les valeurs qui m’ont guidé tout au long de mes 35 années d’expérience de service public et ce sont les valeurs qui me guideront en tant que premier ministre.

Ce que nous proposons aux habitants de Toronto et à tous les Canadiens est clair :

Un gouvernement qui défend les familles de classe moyenne et les villes dans lesquelles elles vivent;

Qui contribue à la croissance économique et créé des emplois permanents et stables tout en protégeant l’environnement;

Un pays où nos jeunes ont les perspectives d’avenir qu’ils méritent et où nos aînés ont les prestations qu’ils méritent.

Nous allons bâtir un Canada :

Où les traditions démocratiques sont respectées partout au pays et où la réputation de notre pays est respectée à l’international.

Où l’espoir et l’optimiste remplacent la peur et la division.

Un Canada où chacun dispose des mêmes possibilités et où personne n’est laissé pour compte.

Voici ce que nous proposons et c’est le choix que doivent faire les Canadiens en 2015.

****

Mes amis, nous avons beaucoup de travail à faire.

Nous devons nous retrousser les manches et porter notre message à tous les coins du Grand Toronto, d’Oshawa à Oakville, de Scarborough à Streetsville, de Newmarket aux îles de Toronto.

Dites à votre voisin… qu’un meilleur système de transport en commun est possible…

Dites-leur que… les services de garderie abordables sont à une élection de devenir réalité…

Que plus de logement abordable, l’aide pour les nouveaux Canadiens et aux petites entreprises sont à portée de main.

Et dites-leur que ça commence avec quelques sièges de plus pour le NPD à Toronto suffiront pour défaire Stephen Harper et bâtir un Toronto meilleur et un Canada plus fort.

Êtes-vous prêts?

Alors, allons-y, allons bâtir un Toronto meilleur – un meilleur Grand Toronto pour tous. 

Merci beaucoup.