24 septembre 2014

Le NPD appuie l’accord de libre-échange entre le Canada et la Corée du Sud

Aujourd’hui, le NPD a annoncé son appui à l’accord de libre-échange entre le Canada et la Corée du Sud, le tout premier accord commercial du Canada avec un pays asiatique.

« Il est essentiel d’accroître nos échanges commerciaux avec l’Asie, afin de garantir la prospérité du Canada au 21e siècle, a déclaré le porte-parole du NPD en matière de commerce, Don Davies (Vancouver Kingsway). Bien que nous ayons des préoccupations, cet accord commercial avec un pays démocratique ayant des normes élevées constitue, dans l’ensemble, une bonne affaire pour le Canada. »

Les exportateurs canadiens ont perdu 30 % de leurs parts de marché en Corée du Sud depuis 2012, année où l’UE et les États-Unis ont mis en œuvre des accords avec ce pays afin de garantir un accès préférentiel à leurs entreprises. L’Australie, un concurrent économique majeur du Canada, est sur le point d’adopter un accord commercial avec la Corée du Sud. L’accord de libre-échange entre le Canada et la Corée du Sud permettra aux entreprises canadiennes d’assurer un meilleur accès à ce marché asiatique clé.

Bien qu’il ait signalé que le NPD avait l’intention de voter en faveur de l’accord, M. Davies a souligné qu’un gouvernement néo-démocrate aurait négocié un accord différent. Il a notamment critiqué l’insistance des conservateurs à intégrer dans cet accord un mécanisme non démocratique et inutile de règlements des différends investisseur-État, ainsi que leur incapacité à garantir à l’industrie automobile canadienne les mêmes mesures de protection que les États-Unis ont obtenues pour leurs entreprises dans leur propre accord avec la Corée du Sud.

« Le gouvernement sud-coréen soutient de façon vigoureuse son industrie automobile et ses exportations, a souligné M. Davies. Les conservateurs ont laissé tomber notre secteur manufacturier et ils doivent en faire davantage pour veiller à ce que l’industrie automobile canadienne reçoive le soutien dont elle a besoin pour prospérer dans une économie mondiale où la concurrence est de plus en plus féroce. »