2012 01 31
Le NPD déplore que les conservateurs compromettent l’indépendance de la GRC
Les conservateurs veulent contrôler toutes les communications et les rencontres du Commissaire

OTTAWA — Le NPD dénonce la politique du gouvernement conservateur selon laquelle la Gendarmerie royale du Canada doit dorénavant faire approuver ses communications par le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews.

« Le protocole mis en place par le gouvernement conservateur fait en sorte que la GRC se retrouve dans l’obligation de demander la permission au ministre avant de donner des entrevues médiatiques », dénonce le porte-parole du NPD en matière de Sécurité publique, Jasbir Sandhu (Surrey-Nord). « Non seulement ce protocole muselle-t-il la GRC, il retire également la distance essentielle entre le gouvernement Harper et la police fédérale. C’est inconcevable. »

Cette surveillance s’exercera désormais non seulement sur les communications de la police fédérale auprès des médias, mais également sur les rencontres que pourrait avoir le commissaire à la GRC avec des députés ou des sénateurs.

« C’est très préoccupant de constater que les représentants des Canadiens ne puissent plus rencontrer le Commissaire sans l’approbation du ministre, s’indigne Sylvain Chicoine (Châteauguay-Saint-Constant), le porte-parole adjoint du NPD en matière de Sécurité publique. Le gouvernement doit arrêter d’instaurer des politiques qui minent l’indépendance des institutions qui servent à protéger les Canadiens d’un océan à l’autre ».

Dès la reprise des travaux parlementaires, le NPD a débuté son travail pour que le gouvernement revienne sur cette décision lors d’un débat à la Chambre des communes lundi soir.

Les porte-parole néo-démocrates en matière de sécurité publique pourront également en discuter avec le commissaire lors de son passage au comité de la sécurité publique et nationale aujourd’hui, le mardi 31 janvier.

Ensemble, nous avons su démontrer tout ce que les néo-démocrates peuvent accomplir.

Prenez part à cette initiative, devenez membre dès aujourd'hui.

Thomas Mulcair