Le NPD dépose une motion visant à protéger l’indépendance d’importantes sociétés d’état

Le NPD reproche au gouvernement conservateur d’essayer, avec le projet de loi omnibus C-60, de donner aux responsables politiques un contrôle sur les décisions d’embauche à la Banque du Canada, à l’Office d’investissement du RPC et à la SRC.

« C’est un affront éhonté des conservateurs. Ils tentent de contrôler la Banque du Canada, la SRC et d’autres sociétés d’État en se donnant la marge de manœuvre de baisser les salaires, de supprimer des avantages sociaux ou de congédier des employés qui ne se conforment pas à la volonté de leur gouvernement, a dit la porte-parole du NPD en matière de finance, Peggy Nash (Parkdale – High Park). Les conservateurs menacent l’indépendance de la Banque du Canada. »

Les députés du NPD déposeront une motion demandant que l'on fasse l’étude des conséquences du projet de loi C-60 sur l’indépendance journalistique de la SRC, sur la politique de recherche et la politique monétaire de la Banque du Canada, de même que sur les activités commerciales de l’Office d’investissement du RPC. Alors que les sociétés d’État sont conçues comme n’opérant sous aucun contrôle politique direct, le projet de loi C-60 permettrait au Conseil de Trésor de s’ingérer dans les négociations des employés syndiqués et d’imposer des conditions d’emploi aux employés qui ne le sont pas.

« Il est tout à fait inacceptable que les conservateurs essayent de contrôler la SRC. Les conséquences sur la liberté des journalistes à publier des nouvelles critiquant le gouvernement sont évidentes, a ajouté le porte-parole du NPD en matière de patrimoine, Pierre Nantel (Longueuil – Pierre-Boucher). Si les conservateurs souhaitent vraiment améliorer la transparence, peut-être devraient-ils commencer par le Sénat et le BPM. »