14 juin 2018

Le PTPGP coûtera des dizaines de milliers d’emplois au Canada, selon le NPD

Le projet de loi de mise en œuvre du Partenariat transpacifique a été déposé aujourd’hui, malgré que cet accord commercial représente une trahison envers les travailleurs et les travailleuses du Canada, le secteur manufacturier et le système de gestion de l’offre. L’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) mettra 58 000 emplois canadiens en péril et il menacera l’industrie de l’automobile et les secteurs soumis à la gestion de l’offre. Pendant cette période difficile pour les relations commerciales, le NPD presse le gouvernement libéral de faire passer les travailleurs et les travailleuses en premier et de ne pas accepter un accord commercial qui n’offre même pas des prévisions économiques favorables, d’après la propre analyse d’impact du gouvernement.

« Si cet accord est mis en œuvre, des dizaines de milliers d’emplois canadiens seront en danger. Quand ils négocient des accords commerciaux, les libéraux ne peuvent pas sacrifier des emplois bien rémunérés dans l’industrie automobile du Canada et dans les secteurs agricoles sous la gestion de l’offre comme les produits laitiers, la volaille et les œufs », a déclaré Tracey Ramsey, porte-parole du NPD en matière de commerce international.

En dépit de l’étiquette « progressiste » dans le nom de l’accord, le PTPGP n’a aucun chapitre relatif à l’égalité des sexes, des dispositions faibles en matière de travail, rien sur le consentement des Autochtones, aucune protection environnementale, et les articles sur la culture les plus timides qu’on ait vus dans un accord commercial. De plus, cet accord comporte de faibles normes environnementales qui empêcheront davantage le Canada de respecter ses engagements en matière de changements climatiques. Il renferme aussi des dispositions rétrogrades pour le règlement des différends entre les investisseurs et les États, ce qui nuira grandement à la souveraineté du Canada et à sa capacité de réglementer dans l’intérêt public.

« Les libéraux ont négocié le PTPGP derrière des portes closes. Les Canadiens et les Canadiennes ont appris l’ampleur des problèmes de cet accord morceau par morceau. Le NPD presse les libéraux de se tenir debout pour les travailleurs et les travailleuses du Canada et de rejeter les accords commerciaux qui coûteront des dizaines de milliers d’emplois à notre pays. Le PTPGP est un mauvais accord pour le Canada, tout simplement », a affirmé Karine Trudel, porte-parole adjointe du NPD en matière de commerce international.