1 mars 2018

Les libéraux votent contre un plan national pour mettre fin à l’itinérance

Pour la deuxième fois en quatre mois, le gouvernement libéral a voté contre une initiative du NPD visant à s’attaquer aux besoins en matière de logement pour les personnes les plus vulnérables au Canada. Premièrement, le gouvernement a voté contre un projet de loi du NPD visant à reconnaître le logement comme un droit de la personne, et aujourd’hui, ce même gouvernement a défait une motion ayant pour but d’aborder la crise de l’itinérance au Canada.

« Je suis déçue de voir que, pour les libéraux, viser à réduire de 50 pour cent l’itinérance sur un horizon de 10 ans constitue une réponse adéquate à cette crise, a déclaré la porte-parole du NPD en matière de logement, Sheri Benson. Où est l’urgence? L’itinérance est une crise nationale qui touche 235 000 personnes au Canada chaque année. »

Présentée par Mme Benson, la motion M-147 aurait donné le mandat à des experts et à des gens ayant une expérience personnelle d’élaborer le tout premier plan national pour s’attaquer à l’épidémie croissante qu’est l’itinérance au pays. La motion de Mme Benson reçoit l’appui d’une longue liste de personnes et d’organismes, dont Monika Dutt, directrice générale d’Upstream.

« La santé et le bien-être sont essentiels pour nous tous, et le fait d’être sans abri est un obstacle important à une bonne santé. Mettre l’accent de manière sensée sur l’itinérance, pour bonifier la Stratégie nationale sur le logement, devrait être une priorité politique, a expliqué Mme Dutt. L’itinérance est un enjeu de santé publique qui affecte des personnes, des familles et des communautés partout au Canada. Chaque année, elle entraîne la maladie et la mort de nombreuses personnes, bien que nous ayons les ressources et les connaissances requises pour mettre un terme définitif à la pauvreté et à l’itinérance au Canada. »
« Non seulement un plan fédéral pour enrayer et prévenir l’itinérance est possible, mais il est aussi urgemment nécessaire. Cela ne suffit pas de seulement dire que “le droit au logement est un droit de la personne” – des gestes doivent appuyer les mots et, hélas, de nombreuses vies ont été perdues en raison de l’inaction collective, a ajouté Mme Benson. C’est frustrant parce que le NPD présente des solutions à cette crise. Tout ce que ce gouvernement avait à faire, c’est de voter oui et de mettre ces travaux en œuvre. Nous sommes prêts à travailler en collaboration sur cette question. Combien d’autres vies doivent être ruinées ou perdues avant que ce gouvernement agisse de manière sensible pour enrayer et prévenir l’itinérance? »