29 décembre 2014

LES PIRES BASSESSES POLITIQUES DE 2014 – Nº 3 : Les conservateurs et le changement climatique… #échectotal

En 2014, nous avons eu un gouvernement conservateur éclaboussé par les scandales, déconnecté de la réalité des Canadiens et uniquement préoccupé par les séances photo et ses propres intérêts partisans. Pendant ce temps, les libéraux de Justin Trudeau n’ont pas été en mesure de demander des comptes aux conservateurs et après deux ans, on ne connait toujours pas leur opinion sur les enjeux importants.

Voici notre liste des pires bassesses politiques de l’année 2014. Vous y trouverez les scandales et les preuves d’incompétence des conservateurs de cette année… BASSESSE Nº 3 : Les conservateurs et le changement climatique… #échectotal

En 2007, le premier ministre Stephen Harper était clair au sujet de ses intentions en matière de changement climatique :

« Monsieur le Président, le gouvernement a dit qu’il établirait un système national de réglementation des émissions de gaz à effet de serre et de la pollution atmosphérique. »

La réglementation des émissions du secteur pétrolier et gazier a été à portée de main pendant 7 ans.

Mais voilà que les conservateurs ont soudain décidé de se distancier de cette politique et de la désavouer.

« Honnêtement, compte tenu des circonstances actuelles du secteur pétrolier et gazier, ce serait fou, économiquement parlant, que de lui imposer des pénalités unilatérales. Nous n’allons certainement pas faire cela. » – Premier ministre Stephen Harper, 9 décembre 2014

Le secteur pétrolier et gazier est la source d’émission de gaz à effet de serre dont la croissance est la plus rapide au Canada. Quelques jours avant que le premier ministre ait fait ce commentaire, Environnement Canada avait publié un rapport révélant que le Canada ne réalisait aucun progrès dans la réalisation de ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre en raison de l’inaction des conservateurs.

Après avoir passé 9 ans sous la gouverne des conservateurs, les Canadiens ne peuvent pas se permettre d’attendre que Justin Trudeau soit prêt. Les Canadiens méritent mieux.

Vous pouvez faire confiance aux néo-démocrates de Thomas Mulcair pour obliger les conservateurs à rendre des comptes, tout en aidant et en proposant des solutions concrètes pour les familles.