LES PIRES BASSESSES POLITIQUES DE 2014 – Nº6 : Le crédit à l’emploi n’est pas la force des libéraux et des conservateurs

LES PIRES BASSESSES POLITIQUES DE 2014 – Nº

6 : Le crédit à l’emploi n’est pas la force des libéraux et des conservateurs

En 2014, nous avons eu un gouvernement conservateur éclaboussé par les scandales, déconnecté de la réalité des Canadiens et uniquement préoccupé par les séances photo et ses propres intérêts partisans. Pendant ce temps, les libéraux de Justin Trudeau n’ont pas été en mesure de demander des comptes aux conservateurs et après deux ans, on ne connait toujours pas leur opinion sur les enjeux importants.

Voici notre liste des pires bassesses politiques de l’année 2014. Vous y trouverez les scandales et les preuves d’incompétence des conservateurs de cette année… BASSESSE Nº 6 : Le crédit à l’emploi n’est pas la force des libéraux et des conservateurs

Plus tôt cette année, le ministre des Finances, Joe Oliver, a annoncé un crédit d’impôt pour les petites entreprises qui devait, en théorie, créer 25 000 emplois par année, au coût d’un demi-milliard de dollar. Le directeur parlementaire du budget a calculé, en septembre, que ce crédit ne créera que 800 emplois. Sans compter que l’approche des conservateurs par rapport à l’assurance-emploi causera la perte de plus de 9 000 emplois au cours des deux prochaines années.

Du côté des libéraux, la situation est semblable. En septembre dernier, Justin Trudeau a révélé un plan pour créer 176 000 emplois en offrant aux entreprises un congé de cotisation d’assurance-emploi pour toutes les nouvelles embauches. Combien prévoyait-il dépenser pour cette mesure? 225 millions, selon les libéraux. Mais, Statistique Canada estime plutôt qu’une telle mesure couterait largement plus qu’un milliard de dollars. Pour reprendre les mots de l’économiste Stephen Gordon, la proposition des libéraux sur l’assurance-emploi n’est qu’une astuce électorale.

Les prétendus plans de création d’emploi des libéraux et des conservateurs s’avèrent être un véritable fiasco.

Après avoir passé 9 ans sous la gouverne des conservateurs, les Canadiens ne peuvent pas se permettre d’attendre que Justin Trudeau soit prêt. Les Canadiens méritent mieux.

Vous pouvez faire confiance aux néo-démocrates de Thomas Mulcair pour obliger les conservateurs à rendre des comptes, tout en aidant et en proposant des solutions concrètes pour les familles.