24 mai 2012

Les travailleurs souffriront des nouvelles restrictions à l’assurance-emploi

En raison des nouvelles règles, moins de Canadiens seront admissibles à l’assurance-emploi même s’ils y ont cotisé

OTTAWA

– Les restrictions à l’assurance-emploi annoncées aujourd’hui constituent une mauvaise nouvelle pour les Canadiens. Et comme plusieurs autres changements néfastes, ces modifications ont été camouflées par les conservateurs dans leur projet de loi sur le budget, qui est un véritable cheval de Troie, selon le NPD.

« La ministre a échoué au test de transparence le plus simple avec ces nouvelles restrictions, a affirmé la porte-parole du NPD en matière de finances, Peggy Nash. Sur l’assurance-emploi, le discours des ministres conservateurs change tous les jours. Ils ne se sont même pas donné la peine de consulter les Canadiens ou les provinces avant d’annoncer ces modifications arbitraires. »

Ces modifications signifient que moins de Canadiens seront admissibles aux prestations d’assurance-emploi, que plusieurs prestataires seront forcés d’accepter des emplois à salaires moins élevés et d’autres seront redirigés vers le programmes sociaux provinciaux. Le pire, c’est que la ministre refuse d’expliquer ces changements, incluant ce qui constituera un emploi convenable.

« Ce gouvernement oublie que l’assurance-emploi appartient aux travailleurs qui y ont cotisé, et non aux conservateurs, a dénoncé la porte-parole du NPD en matière d’assurance-emploi, Anne-Marie Day. La ministre a déjà accusé les chômeurs de ne pas vouloir retourner au travail parce que le programme d’assurance-emploi était trop “lucratif”. Maintenant, elle demande aux gens de lui faire confiance. On ne peut tout simplement pas compter sur les conservateurs pour gérer le programme. »

En plus de restreindre l’accès à l’assurance-emploi, les conservateurs refusent de fournir à Statistique Canada des données essentielles sur le chômage et l’efficacité du programme d’assurance-emploi.

« Sans ces données, il sera encore plus difficile pour nous de connaître les répercussions réelles des changements. Le projet de loi des conservateurs sur le budget accorde d’énormes pouvoirs à la ministre qui pourra modifier les règles de manière arbitraire, a expliqué Mme Nash. C’est tout simplement épouvantable d’essayer d’introduire ces changements en douce par le biais du projet de loi sur le budget. »