4 juin 2018

NPD: Les libéraux doivent renforcer la transparence financière pour des dépenses de 7 milliards $

Aujourd’hui, Daniel Blaikie, le porte-parole du NPD pour le Conseil du Trésor, présentera plus de 200 avis de motions au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, soit une motion pour chaque article douteux du crédit 40 du Conseil du Trésor. Ce nouveau mécanisme sans précédent, généralement appelé le « crédit 40 », accorderait plus de 7 milliards $ au gouvernement pour de nouvelles dépenses, sans surveillance parlementaire sérieuse.

« Les Canadiens et les Canadiennes s’attendent de leur gouvernement qu’il rende des comptes à leurs représentant.es élu.es au Parlement. Il s’agit d’un des principes les plus profondément ancrés de notre démocratie, a affirmé M. Blaikie, qui est porte-parole du NPD pour le Conseil du Trésor. Le crédit 40 reflète un total mépris du Parlement en essayant d’esquiver la surveillance parlementaire, de la même façon que la récente décision d’acheter un oléoduc pour des milliards de dollars démontre de l'indifférence pour la reddition de comptes. »

M. Blaikie a essayé divers moyens d’attirer l’attention sur le crédit 40 et d’obtenir que le Parlement évalue ses répercussions, notamment : en écrivant au président du Conseil du Trésor, en demandant au premier ministre à la période des questions, ainsi qu’en faisant appel au président de la Chambre pour la tenue d’un débat d’urgence et en soulevant plusieurs objections d’ordre en Chambre plaidant que le président devrait carrément supprimer le crédit 40 des prévisions budgétaires.

« J’utilise tous les outils à ma disposition pour faire connaître ce nouveau mécanisme sans précédent pour ce qu’il est : un abus des fonds publics qui tente d’esquiver la véritable obligation de rendre des comptes au Parlement » a déclaré M. Blaikie.