RAPPEL DES FAITS DU NPD : Stephen Harper, en septembre : « Les soldats canadiens n'accompagnent pas les forces irakiennes dans leurs combats. »

Hier, le bureau du premier ministre a assuré aux journalistes que même si les Forces canadiennes avaient été impliquées dans un combat en Irak, elles n’étaient pas en « mission de combat ».

Pour bien faire, rappelons-nous ce que Stephen Harper a répondu aux questions de Tom Mulcair, le chef du NPD, à la Chambre des communes en septembre dernier :

30 septembre 2014

L'hon. Thomas Mulcair (chef de l'opposition, NPD): 

Monsieur le Président, le premier ministre dit que les règles d'engagement sont de conseiller et d'assister les Irakiens, mais la question est de savoir: assister comment? Par exemple, est-ce que les soldats canadiens participent à des patrouilles irakiennes ou kurdes en ce moment?

Le très hon. Stephen Harper (premier ministre, PCC):

Monsieur le Président, j'ai dit: conseiller et assister les Irakiens.

[Traduction]

Les termes sont assez précis. Il s'agit de conseiller et d'assister et non pas d'accompagner

. Il me semble que cette question a été soulevée au comité parlementaire.

[Français]

L'hon. Thomas Mulcair (chef de l'opposition, NPD): 

Monsieur le Président, font-ils des sorties en zones de combats?

Le très hon. Stephen Harper (premier ministre, PCC): 

Monsieur le Président, je viens de le dire, les soldats canadiens n'accompagnent pas les forces irakiennes dans leurs combats.

[Traduction]

L'hon. Thomas Mulcair (chef de l'opposition, NPD): 

Monsieur le Président, l'assistance des Forces armées canadiennes a-t-elle été mise à contribution pour cibler les membres de l'EIIS?

Le très hon. Stephen Harper (premier ministre, PCC): 

Monsieur le Président, comme je l'ai dit, les Forces canadiennes ont pour mission d'assister et de conseiller les forces irakiennes, surtout dans le Nord du pays, afin de les aider à résister à un groupe déterminé à exterminer la population locale. Voilà ce pourquoi elles ont été dépêchées là-bas. Ce n'est pas sans danger, mais il n'est pas question de participer directement aux combats.

Je tiens à redire que nous sommes très fiers des gens qui font ce travail pour nous et qui nous protègent tous, autant dans cette région du monde qu'ici même au Canada.

L'hon. Thomas Mulcair (chef de l'opposition, NPD): 

Monsieur le Président, cibler et coordonner des attaques faites par d'autres, est-ce participer au combat? Oui ou non?

Le très hon. Stephen Harper (premier ministre, PCC): 

Monsieur le Président, vous comprendrez que je n'ai nullement l'intention ni le désir de discuter à la Chambre des détails des opérations militaires.

Comme je l'ai souvent dit, les Forces armées canadiennes qui prennent part aux opérations en Irak ne participent pas au combat.

Elles ont pour mission d'assister les forces irakiennes et peshmergas qui se battent contre un ennemi sauvage cherchant à les massacrer. Le Canada ira aider ces forces pour que le problème soit circonscrit dans cette région du globe et n'atteigne jamais nos frontières.

Les Canadiens méritent mieux.