20 août 2014

Rappel des faits : la ministre Rona Ambrose est-elle au courant des enjeux importants dans son ministère?

Le discours de la ministre de la Santé conservatrice devant l’Association médicale canadienne démontre qu'elle ne comprend pas les plus grands défis auxquels est confronté le secteur canadien des soins de santé.

Peut-être cela s’explique-t-il par le fait que son gouvernement en est en partie responsable?

Rona Ambrose a affirmé qu’elle aborderait tous les défis auxquels est confronté le système de soins de santé du Canada. Or, elle a oublié de mentionner le plus important d'entre eux : la réduction du budget pour les soins de santé de 36 milliards $ imposée par son gouvernement.

Alors que le Canada s'apprête à composer avec les pressions qu'exercera le vieillissement de la population, il semblerait que, lorsque les compressions des conservateurs seront pleinement appliquées, les dépenses du gouvernement fédéral en soins de santé seront au niveau le plus bas de toute l’histoire du Canada.

  • La ministre Ambrose a refusé de se prononcer sur la récente annonce de Postes Canada qui obligera les Canadiens âgés et les personnes handicapées à présenter une note du médecin afin de continuer de recevoir leur courrier à domicile.
  • Comme le NPD, l’AMC a critiqué cette décision puisqu’elle entraînera une charge administrative excessive pour les médecins et réduira le temps consacré aux patients.
  • La ministre Ambrose a affirmé devant l’AMC que « pour des responsables des orientations politiques comme moi, ce sont la science médicale et les preuves fondées sur des données qui doivent guider nos décisions. »
  • Cette affirmation ne tient pas compte des nombreuses décisions idéologiques de son gouvernement dans le domaine des soins de santé, dont la suppression du programme Insite, la transformation d'une campagne de lutte contre la drogue en outil partisan et la décision de déterminer l’avenir du financement des soins de santé selon le PIB au lieu des besoins.
  • La ministre a finalement admis que l’approche volontaire en matière de divulgation des pénuries de médicaments ne fonctionnait pas et que son gouvernement cherchait maintenant à mettre en place un système contraignant.
  • Il y a quelques mois, la ministre Ambrose a voté contre le projet de loi C-523 du NPD qui aurait rendu obligatoire la divulgation des pénuries de médicaments.
  • Malgré les demandes répétées de l’AMC, de la CARP et du NPD pour une stratégie nationale sur les soins aux aînés, devant les médias, la ministre a rejeté cette proposition en affirmant qu’elle n’estimait pas cela nécessaire.
  • Les aînés comptent pour près de la moitié des dépenses en soins de santé au Canada et, au bout des 25 prochaines années, plus d’un quart de la population du Canada aura plus de 65 ans. Si nous n’adoptons pas une approche stratégique en matière de soins de santé, la pression sur le système de soins de santé prendra des proportions trop importantes.

Les Canadiens méritent mieux que les échecs à répétition des conservateurs en matière de leadership.