4 février 2019

Déclaration du NPD à l'occasion de la semaine du développement international

Jagmeet Singh, le chef du NPD du Canada, a fait la déclaration suivante :

« Au cours de la Semaine du développement international, nous célébrons nos dévoué·es agent·es de développement qui travaillent inlassablement pour améliorer les conditions de vie des personnes les plus vulnérables du monde. L’assistance qu’ils et elles procurent aux pays en développement prend diverses formes : la mise en place d’une gouvernance démocratique, la construction d’écoles, l’amélioration des soins de santé, la lutte à la malnutrition, l’implantation de sources d’énergie renouvelable, la promotion des droits humains, l’autonomisation des femmes, l’égalité des sexes et la promotion du respect de la diversité et de l’inclusion.

À titre de néo-démocrates, nous comprenons que l’aide seule ne mettra pas fin à la pauvreté mondiale et ne rétablira pas la bonne gouvernance, mais nous croyons que les engagements du Canada en matière de développement international doivent être respectés. C’est pour cela que nous éprouvons encore de la déception relativement aux baisses des niveaux de dépenses du Canada pour l’aide publique au développement, qui, à 0,26 % de notre produit intérieur brut (PIB), sont à leur plus bas niveau en plusieurs décennies. Cette contribution est bien loin de la cible de 0,7 % du PIB établie par l’ONU, à la demande du Canada, il y a plus de 40 ans. Ce pourcentage est aussi bien en-deça de la contribution faite par la plupart des autres pays occidentaux, notamment la Norvège, l’Irlande et la Grande-Bretagne.

Le NPD croit que le processus de l’aide au développement dans les pays en développement doit inclure les organisations sur le terrain et les associations de femmes à toutes les étapes des projets, afin de s’assurer que le Canada intervient d’une manière appropriée en fonction de la réalité locale. Et même si nous appuyons le changement de cap du gouvernement libéral visant à donner la priorité à l’aide au développement pour les femmes et les filles, tel qu’énoncé dans la politique d’aide internationale féministe, le gouvernement n’a toujours pas clarifié comment cette politique sera appliquée. Il a aussi omis de s’engager à allouer un financement substantiel afin d’atteindre cet objectif.

Dans le cadre de la Semaine du développement international, nous demandons au gouvernement fédéral de s’engager à ce que le Canada contribue sa juste part à l’aide internationale, avec un calendrier précis, et d’expliquer comment il compte s’y prendre pour respecter sa promesse d’améliorer la position des femmes dans le monde et le respect de leurs droits.

Au nom des néo-démocrates, je me joins au reste du pays pour célébrer la contribution des travailleurs et travailleuses du développement canadien·nes qui oeuvrent chaque jour à créer un monde plus juste, plus pacifique et plus durable.