5 septembre 2019

Justin Trudeau refuse d’affronter les premiers ministres conservateurs en matière de service de garde

Ce matin, au comité de rédaction du Toronto Star, Justin Trudeau a éludé les questions répétées des journalistes sur son refus de s’engager dans un programme national de garderies abordables.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi le gouvernement libéral ne prenait pas de mesures en matière de service de garde, Justin Trudeau a renvoyé la balle aux gouvernements provinciaux :

« Nous ne pouvons pas assumer des choses qui, au fond, peuvent être gérées avec compétence et qui devraient l’être par les provinces. » (Vidéo)

Les journalistes ont insisté auprès de M. Trudeau sur le « deux poids, deux mesures » qui consiste à promettre de prendre des mesures en matière d’assurance-médicaments (une responsabilité provinciale) tout en refusant de faire pression sur les provinces pour qu’elles s’occupent des services de garde. Le premier ministre a refusé de répondre directement à la question.

La décision de M. Trudeau de renvoyer la balle aux provinces est un changement radical par rapport à son engagement de 2015 à « offrir aux familles canadiennes des services de garde abordables, de haute qualité, souples et entièrement inclusifs. »

Comme l’a fait remarquer Un Enfant Une Place, les libéraux n’ont même pas objectivement essayé de tenir leur promesse. (1)

Mais comme Justin Trudeau refuse d’aider les familles à assumer les frais de garde, même le député libéral Wayne Long a récemment qualifié les frais de garde de « situation de crise ». De plus, une étude récente du Centre canadien des politiques alternatives a révélé que les frais de garde augmentent plus rapidement que l’inflation dans 61 % des villes canadiennes. (2)

Un gouvernement néo-démocrate investira un milliard de dollars en 2020 et augmentera cet investissement chaque année pour réduire les frais de garde des familles.

Le chef du NPD fédéral, Jagmeet Singh :

« Au moment où les familles sont aux prises avec une hausse des frais de garde, elles ont besoin d’un premier ministre qui n’a pas peur d’affronter Doug Ford et d’autres conservateurs. Malheureusement, Justin Trudeau montre que, malgré ses belles paroles, il refuse de défendre les Canadiens et Canadiennes aux prises avec le coût de la vie. Il est temps pour un gouvernement qui est prêt à faire preuve d’un véritable leadership pour améliorer la vie des gens. Les familles ne devraient pas avoir à choisir entre avoir des enfants et avoir une carrière. »