14 août 2019

Justin Trudeau a violé la Loi sur l’éthique au profit d’intérêts corporatifs et partisans

Le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique a révélé que le premier ministre a enfreint la Loi.

VICTORIA - Dans un rapport explosif en réaction à une plainte déposée par le NPD, le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique, Mario Dion, a révélé que le Premier ministre Trudeau a enfreint la loi pour servir les intérêts de SNC-Lavalin et du Parti libéral.

« Il est absolument scandaleux que le premier ministre Trudeau trahisse la confiance des Canadiennes et Canadiens pour servir les intérêts de ses ami∙es des grandes entreprises. Ce rapport prouve que le gouvernement libéral a fait passer les riches et les privilégié∙es avant la loi et que le premier ministre lui-même en est directement responsable », a déclaré Jagmeet Singh, chef du NPD.

Le commissaire Dion a clairement indiqué que SNC Lavalin « aurait grandement bénéficié de l’intervention de Mme Wilson-Raybould et qu’il n’a aucun doute que l’influence de Justin Trudeau aurait fait avancer les intérêts de SNC-Lavalin. Les actions de Justin Trudeau sont contraires aux principes constitutionnels de l’indépendance des procureurs et de la primauté du droit », a-t-il conclu.

« Justin Trudeau n’est pas celui qu’il prétend être, a déclaré le député néo-démocrate Charlie Angus (Timmins—Baie James). Nous avons maintenant la preuve que derrière des portes closes, le premier ministre est allé jusqu’à enfreindre la loi pour conclure des ententes secrètes au profit de ses ami∙es du milieu des affaires et de son parti politique. Il est absolument inacceptable que le premier ministre soit reconnu coupable à deux reprises de violation de la Loi sur les conflits d’intérêts, ce qui est sans précédent. Les Canadiennes et Canadiens sont indigné∙es à juste titre. »

Dans La vision du NPD, Jagmeet Singh a promis qu’un gouvernement néo-démocrate interdirait officiellement aux entreprises poursuivies au criminel de faire du lobbying auprès de représentant∙es élu∙es.