23 avril 2019

La nouvelle pièce d’un dollar sur les LGBTQ2 rate la cible

OTTAWA – La pièce de monnaie reconnaît les 50 ans de la décriminalisation partielle de l’homosexualité au Canada en utilisant le mot "égalité". Cependant, la date de 1969 qu’elle commémore a bien peu à voir – sinon rien du tout – avec l’égalité pour les membres de la communauté LGBTQ2+.

« La population canadienne est maintenant habituée à ce que le gouvernement libéral se soucie davantage des symboles que des actions, mais dans le cas de la nouvelle pièce commémorative d’un dollar concernant les personnes LGBTQ2 qui a été émise aujourd’hui, même le symbole rate la cible », a déclaré aujourd’hui le porte-parole du NPD pour les enjeux LGBTQ2+ Randall Garrison (Esquimalt–Saanich–Sooke).

Bien que ce soit en 1969 que la décriminalisation partielle de l’homosexualité est entrée en vigueur au Canada, la plupart de la persécution systématique envers la communauté LGBTQ2 s’est poursuivie pendant plusieurs années après 1969.

« Les progrès vers l’égalité ne sont pas arrivés comme un cadeau du gouvernement, ils ne se sont produits que par les luttes de la communauté, a ajouté M. Garrison. La nouvelle pièce d’un dollar qui arbore le slogan "Égalité" serait plus exacte si elle affichait "50 ans de lutte pour l’égalité" ».
« Après 1969, les hommes homosexuels faisaient encore l’objet d’accusations criminelles en vertu des articles modifiés du Code criminel, notamment en étant assujettis à un âge de consentement différent, a souligné M. Garrison. Certains diraient même qu’en réalité, la discrimination envers les membres de la communauté LGBTQ2+ s’est accrue après 1969. Les descentes policières dans les bains gais, les piégeages, les purges orchestrées par le gouvernement au sein des Forces armées canadiennes, de la police et de la fonction publique, tout cela a continué jusque pendant une bonne partie des années 1990. En marquant l’année 1969 avec le mot "égalité", cela risque d’effacer l’histoire des luttes de la communauté LGBTQ2. »

Sheri Benson, qui est porte-parole adjointe du NPD pour les enjeux LGBTQ2+ et députée de Saskatoon-Ouest, croit qu’il y a de bien meilleures dates à souligner et à célébrer pour les membres de la communauté LGBTQ2+.

« Il y a des dates significatives auxquelles les gens se réfèrent déjà lorsque l’on pense à des victoires dans la lutte pour l’égalité au Canada. Nous pourrions souligner l’année 1992, alors que les personnes LGBTQ2+ ont finalement été autorisées à servir ouvertement dans l’armée; l’année 1995, quand la Cour suprême a inclus l’orientation sexuelle dans la Charte des droits et libertés; l’année 2003, lorsque la Cour suprême de la Colombie-Britannique et celle de l’Ontario ont chacune rendu un jugement en faveur du mariage entre personnes de même sexe; ou enfin l’année 2017, alors que les droits des personnes trans ont été ajoutés à la Loi canadienne sur les droits de la personne, a déclaré Mme Benson. Toutes ces avancées se sont produites parce que la communauté LGBTQ2 est allée en cour ou a fait pression sur le Parlement afin d’agir dans la lutte pour l’égalité, et nous ne devrions jamais oublier cela. »