25 avril 2019

La plainte de Charlie Angus est fondée et aidera le Commissaire à la vie privée dans sa bataille juridique contre Facebook

Charlie Angus, the NDP Ethics Critic, made the following statement:

« Les conclusions du rapport d’aujourd’hui du commissaire à la protection de la vie privée du Canada et du commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de la Colombie-Britannique sur leur enquête au sujet de ma plainte contre Facebook, relativement à la violation des données par Cambridge Analytica, montrent qu’un an plus tard, rien n’a vraiment changé chez Facebook. Je vais donner mon consentement au commissaire à la protection de la vie privée du Canada pour qu’il puisse aller de l’avant avec une plainte contre Facebook à la Cour fédérale.
Facebook n’a pas pris les précautions de base et n’avait pas de politiques adéquates en place pour protéger les renseignements personnels des utilisateurs, et ce, même si une enquête de 2009 du Commissariat à la protection de la vie privée a révélé plusieurs des mêmes problèmes qui ont mené à la violation des données par Cambridge Analytica.
Ce qui est plus surprenant encore, c’est que Facebook a refusé d’appliquer les recommandations des commissaires. Ces derniers avertissent les Canadiens et Canadiennes qu’il y a encore un risque élevé que leurs renseignements personnels puissent être utilisés et partagés sans les informer ou obtenir leur consentement.
Depuis plus d’un an maintenant, Facebook est sous les feux des projecteurs relativement à ses pratiques commerciales et de protection de la vie privée, que ce soit en raison de la violation des données personnelles par Cambridge Analytica ou encore parce que l’ONU a accusé la plateforme d’avoir joué un rôle déterminant dans l’incitation au génocide au Myanmar.
Le fait que Facebook refuse d’améliorer effectivement ses politiques en matière de protection de la vie privée comme le recommandent nos autorités de réglementation montre davantage l’indifférence cavalière de la compagnie, non seulement envers les lois canadiennes, mais aussi envers les droits à la vie privée de ses propres utilisateurs.
La relation de copinage qu’entretient ce gouvernement libéral avec les géants américains des technologies et leurs lobbyistes signifie qu’il fait toujours passer les droits à la vie privée de la population canadienne au second plan. Nous avons besoin d’un gouvernement qui aura la volonté de mettre en œuvre les recommandations multipartites du Comité de l’éthique et qui se tiendra debout face aux géants du web et à leur mépris de la législation canadienne.
C’est problématique que les libéraux et les conservateurs préfèrent toujours laisser les entreprises privées s’autoréglementer, au lieu de les obliger à faire la bonne chose en faisant passer la sécurité et le respect de la vie privée des Canadiens et Canadiennes avant les profits. Les néo-démocrates vont donner la priorité à la sécurité et au respect de la vie privée des Canadiens et Canadiennes. Le temps est venu d’avoir un gouvernement qui est de votre bord. »