6 novembre 2018

L’APPROCHE « NE RIEN VOIR, NE RIEN ENTENDRE » DES LIBÉRAUX ENVERS LES EMPLOYÉ·ES DES POSTES MALADES ET VULNÉRABLES EST INACCEPTABLE

OTTAWA – Aujourd’hui, les libéraux qui siègent au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires ont défait une motion urgente du NPD demandant d’examiner les tactiques de négociation de Postes Canada qui ciblent des travailleurs et travailleuses malades et vulnérables dans la ronde actuelle de négociation collective.

« Cela devrait être évident pour l’ensemble des député·es que, quand des gens ne sont pas payés, ils ne peuvent pas payer leurs factures. Il s’agissait d’une motion simple pour aller au fond des choses sur ce qui se passe chez Postes Canada, a déclaré le député du NPD Daniel Blaikie, qui a présenté la motion. C’est consternant que les libéraux ne veuillent même pas obtenir les faits entourant cette situation troublante ni parler publiquement de cet enjeu. »

Lorsque le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) a lancé une grève tournante, le 22 octobre, Postes Canada a mis fin aux paiements de prestations pour le personnel en invalidité de courte durée, en invalidité de longue durée et en congé de maternité. Il est possible que d’autres prestations aient aussi été interrompues.

L’examen proposé par M. Blaikie aurait permis aux parlementaires d’évaluer l’étendue complète des coupes de prestations et de comprendre les répercussions qu’ont ces coupes sur ces travailleurs et travailleuses partout au pays.

« Après la dernière élection, les membres du STTP avaient espoir d’obtenir justice pour les travailleurs et les travailleuses, a ajouté la porte-parole du NPD pour Postes Canada, Irene Mathyssen. Maintenant, c’est leur employeur – une société d’État canadienne – qui maltraite ces mêmes membres du personnel. Au lieu de donner aux travailleurs et aux travailleuses la chance de se faire entendre, les libéraux choisissent honteusement de fuir et de se cacher. »