30 janvier 2019

Le NPD dépose un projet de loi privé sur les suicides et la santé mentale dans les forces armées canadiennes

OTTAWA – Randall Garrison, le porte-parole du NPD en matière de défense nationale et député d’Esquimalt–Saanich–Sooke, a déposé un projet de loi au Parlement portant sur la grave question des suicides et des entraves à la santé mentale au sein des Forces armées canadiennes. Ce nouveau projet de loi d'initiative parlementaire retirerait l’article de la Loi sur la défense nationale stipulant que l’automutilation est une infraction disciplinaire.
« Cet article de la Loi sur la défense nationale représente un obstacle évident qui empêche les membres des Forces armées canadiennes ayant des problèmes de santé mentale de demander l’aide nécessaire, a affirmé M. Garrison. Lors de leurs témoignages sur le projet de loi C-77 devant le Comité de la défense nationale du Parlement, des officiers militaires ont déclaré n’utiliser cette disposition que très rarement. Mais le simple fait qu’elle soit toujours inscrite dans le Code de discipline militaire agit encore comme un facteur dissuasif pour les personnes ayant besoin d’aide mais qui ne veulent pas compromettre leur carrière. Celles et ceux qui mettent leur vie en péril pour défendre le Canada ne devraient jamais s’exposer à des mesures disciplinaires ou à un renvoi simplement parce qu’ils et elles ont besoin de recourir à des services en santé mentale. »
Le NPD avait d’abord tenté d’inclure le retrait de l’automutilation comme infraction disciplinaire sous la forme d’un amendement au projet de loi C-77, mais le gouvernement libéral avait invoqué des motifs de procédure pour bloquer cette mesure nécessaire.
« Au cours de l’étude de ce projet de loi, le ministre de la Défense nationale a fait circuler une lettre indiquant aux membres du Comité de s’opposer à notre recommandation. Les libéraux veulent une autre étude, mais les Forces armées canadiennes vivent une épidémie de suicides, alors il est impératif d’agir dès maintenant », a poursuivi M. Garrison.
Les néo-démocrates vont demander à l’ensemble des député·es au Parlement de faire ce qui se doit pour nos militaires en accélérant l’étude de ce projet de loi d'initiative parlementaire et en l’adoptant avant l’ajournement du Parlement cet été.