9 mai 2019

Le NPD réclame une enquête sur le fiasco de l’affaire Norman

OTTAWA – Mercredi, le Service des poursuites pénales du Canada a suspendu les procédures contre le vice-amiral Mark Norman, et encore une fois, le gouvernement libéral de Justin Trudeau est accusé de faire de l’ingérence politique dans un processus judiciaire. Afin de rétablir la confiance des Canadiens et Canadiennes dans notre système de justice, le NPD a envoyé une lettre demandant officiellement qu’un procureur indépendant enquête sur les allégations de pressions politiques.

« Nous nous réjouissons pour le vice-amiral Norman que le Service des poursuites pénales ait retiré les accusations portées contre lui. Cela doit être un soulagement pour lui et sa famille. Ce processus a été coûteux et a sûrement causé un grand stress au vice-amiral, a déclaré le chef du NPD, Jagmeet Singh. Dès le début, cette poursuite a été un vrai cirque. La population canadienne mérite de connaître la vérité sur les allégations voulant que le Bureau du premier ministre soit intervenu encore une fois dans un processus judiciaire et que l’ancien ministre Brison ait favorisé une compagnie au détriment d’une autre à des fins politiques. »

Le vice-amiral Mark Norman et son avocate ont tous deux affirmé que plusieurs questions restaient en suspens au sujet des allégations selon lesquelles le Bureau du premier ministre et le Bureau du Conseil privé pourraient avoir fait de l’ingérence politique dans ce dossier. Il est allégué que des documents ont été retenus, que des avocats du Conseil privé ont discuté d’une stratégie de procès avec des procureurs fédéraux, et plus encore. Ces allégations, ainsi que celles concernant l’ancien ministre Brison, sont profondément troublantes.

« La directrice du Service des poursuites pénales devrait désigner un procureur indépendant pour enquêter afin de déterminer si les procédures contre le vice-amiral étaient entièrement libres de toute pression politique, a affirmé la porte-parole du NPD en matière de justice, Tracey Ramsey (Essex). J’ai le plus grand respect pour la directrice et je propose cette mesure afin d’assurer la plus grande transparence possible aux Canadiens et Canadiennes. Le vice-amiral Norman est passé par une dure épreuve, alors nous lui devons – ainsi qu’à l’ensemble de la population canadienne – de nous assurer que les choses se passent comme elles le devraient. »

Mercredi, Mme Ramsey a envoyé une lettre à la directrice du Service des poursuites pénales pour lui demander officiellement d’exercer son droit de nommer un procureur indépendant pour enquêter sur les allégations de pressions politiques, afin de rétablir la confiance des Canadiens et Canadiennes dans notre système de justice.