6 février 2019

Les canadiens ne devraient pas avoir à s’endetter pour acheter leurs médicaments, dit Jagmeet Singh

BURNABY – Mercredi, le chef du NPD Jagmeet Singh a présenté le plan de son parti pour fournir à l’ensemble des Canadiens et Canadiennes une assurance-médicaments en mettant en place un régime universel, public et exhaustif partout au pays. Alors que les fuites concernant les intentions des libéraux ont été accueillies avec soulagement par les compagnies pharmaceutiques et d’assurances, plusieurs personnes ont souligné qu’avec cette approche, des millions de gens seraient toujours incapables de se payer les médicaments dont ils ont besoin.

« Trop de personnes au pays doivent se priver des médicaments dont elles ont besoin, se retrouvent à l’urgence, ou doivent couper leurs pilules en deux parce que leurs médicaments sont trop chers. Le gouvernement de Justin Trudeau fait passer les profits des compagnies pharmaceutiques et d’assurances avant la santé des gens, a déclaré M. Singh. Les Canadiens et les Canadiennes ne devraient pas devoir vider leur portefeuille ou s’endetter pour être en mesure d’obtenir les médicaments dont leur famille a besoin. »

Le Canada est le seul pays industrialisé avec un régime d’assurance-maladie public qui ne couvre pas les médicaments d’ordonnance. Le plan de Jagmeet Singh pour offrir une assurance-médicaments à tout le monde incorporerait le coût de ceux-ci au régime d’assurance-maladie existant et utiliserait le pouvoir de négociation de 37 millions de Canadiens et Canadiennes afin de faire baisser le coût moyen des médicaments. Pendant ce temps, le plan du gouvernement de Justin Trudeau, qui a fui dans les médias la semaine dernière, montre que les libéraux sont réticents à adopter autre chose qu’un régime d’assurance-médicaments « limité » et « sympathique à l’industrie ».

« M. Trudeau continue de choisir le côté des riches entreprises au lieu de faire la bonne chose pour les gens ordinaires qui en arrachent à cause des coûts élevés du logement et des médicaments, a ajouté M. Singh. Plutôt que de donner des milliards de dollars en allègements fiscaux aux entreprises les plus profitables, je ferais des choix différents. Je mettrais en place un régime d’assurance-médicaments public, universel et exhaustif qui couvre le coût des médicaments pour l’ensemble des Canadiens et Canadiennes. »
« Mon mari est un opérateur de machinerie lourde et j’ai un emploi saisonnier. Comme les autres parents, nous faisons passer nos enfants avant tout, alors nous ne pouvons pas nous payer les médicaments pour le cœur de mon mari, et nous devons vivre avec ce risque, a déclaré Marilyn Sheehan. La population canadienne a besoin d’un régime d’assurance-médicaments public et universel. Notre revenu ne devrait pas influencer notre accès aux médicaments. »
« Je souffre d’anaphylaxie idiopathique et j’ai donc besoin d’Epipen. Je dois en avoir deux sur moi en tout temps, mais chaque dose coûte 120 $, a affirmé Cole Sheehan-Klassen. Parfois, après avoir eu une réaction, je dois annuler certains projets, comme des sorties scolaires, parce que nous ne pouvons pas nous permettre de me racheter un second EpiPen. »
« J’ai le diabète de type 1 et je dois prendre de l’insuline pour survivre. J’ai payé plus de 70 000 $ de ma poche pour ce produit absolument essentiel, a dit Rowan Burdge. C’est épuisant et stressant de savoir que je vais toujours être endetté à cause de cela. Ça me fait peur. Pour pouvoir survivre, les personnes qui, comme moi, ont le diabète ou d’autres maladies chroniques coûteuses, ont besoin d’un régime d’assurance-médicaments public et universel. »