14 août 2019

Les libéraux doivent montrer l'exemple en s'attaquant aux causes fondamentales de la violence, déclare le NDP

TORONTO – Les néo-démocrates réclament un vrai leadership et un vrai plan, après que Justin Trudeau ait refusé de répondre aux questions sur la façon dont il allait s'attaquer aux causes premières des violences armées à Toronto. Au lieu de faire preuve d'un véritable leadership sur les graves problèmes auxquels font face les Torontois·es, Justin Trudeau n'a pas tardé à blâmer le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. Les Torontois·es méritent un gouvernement qui n'attend pas la campagne électorale fédérale pour parler des problèmes auxquels ils et elles font face tous les jours : logement social et abordable, services de santé et sécurité dans les villes.

« Nous connaissons les causes premières de la violence dans nos collectivités, notamment la pauvreté, la discrimination raciale, les énormes lacunes dans les services de santé mentale, le manque de logements adéquats et abordables, et le manque d’opportunités d'emploi intéressantes et de qualité pour les jeunes », a écrit Jagmeet Singh à Justin Trudeau en 2018. « Nous devons trouver une nouvelle voie, une voie qui engage toutes les collectivités dans un effort uni pour s'attaquer à la source de la violence armée. Nous devons remplacer les solutions simplistes par des stratégies globales et bien informées, élaborées en partenariat avec les personnes les plus touchées. »

Lors d'une conférence de presse avec le premier ministre, le maire de Toronto, John Tory, a attiré l'attention sur le manque d'investissements fédéraux, pour les enfants, les familles et les quartiers, et a expliqué qu’en raison du manque de ressources fédérales, Toronto doit faire davantage pour lutter contre la violence à long terme.

« Le maire Tory a raison d'attirer l'attention sur le manque de leadership du gouvernement fédéral, a déclaré Andrew Cash », candidat du NPD pour Davenport. « J'ai écouté les gens de Davenport et, oui, ils s'inquiètent de la violence armée, mais ils s'inquiètent aussi du manque de logements sociaux et abordables, du coût des médicaments sur ordonnance et des emplois de qualité. Il ne suffit pas que le premier ministre se présente, juste avant les élections, sans proposer de solutions significatives après quatre ans d'inaction. Les néo-démocrates appuieront leurs discours par des mesures concrètes en investissant dans des secteurs comme les soins de santé, le logement social et abordable et les services de garde. Nous pouvons nous attaquer aux facteurs qui empêchent les gens de dormir la nuit et faire en sorte que tout le monde puisse se permettre une vie confortable et agréable. »