3 octobre 2018

Déclaration du NPD à propos du fonds pour un réseau à large bande du crtc

Le porte-parole du NPD en matière d’innovation, de sciences et du développement économique, Brian Masse (Windsor-Ouest), a fait la déclaration suivante à la suite de l’annonce du CRTC la semaine dernière concernant le Fonds pour un réseau à large bande.

« Voilà deux ans que le gouvernement libéral a demandé au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) d’établir et d’appliquer un nouvel objectif de service universel afin que toutes les personnes vivant en régions urbaines et rurales aient accès à des services téléphoniques et des services Internet à large bande sur les réseaux fixes et sans fil mobiles.
Dans la Politique réglementaire de télécom 2016-496, on établissait la norme du service universel pour les services d’accès Internet à large bande fixes de résidence et d’affaires à des vitesses d’au moins 50 mégabits par seconde (Mbps) pour le téléchargement, et de 10 Mbps pour le téléversement. Cette décision prévoyait également que les abonné·es devraient pouvoir s’abonner à une offre de services proposant une allocation de données illimitée.
La décision du CRTC, Politique réglementaire de télécom 2018-377, établit quant à elle clairement la base d’un accès, mais pas l’accès universel aux Canadien·nes. Avec un montant de 750 millions de dollars sur les cinq prochaines années, on réduit de moitié les vitesses par rapport à la décision de 2016 pour les abaisser à 25 Mbps pour le téléchargement et à 5 Mbps pour le téléversement. C’est un pas arrière, un peu comme si les Canadiens jouaient à Pong plutôt qu’à la Playstation Pro.
Mais l’accès à la large bande n’est pas un jeu.
Les entreprises et les particuliers des régions rurales du Canada comptent sur l’accès à la large bande pour être concurrentiels sur le marché, pour faire croître leur chiffre d’affaires, pour accéder à une éducation et pour accéder aux services du gouvernement. Le gouvernement s’est engagé à passer au numérique, mais 16 % des foyers n’ont pas accès à des services à large bande.
Ce même gouvernement termine actuellement ses consultations sur les données numériques, qui montrent la nécessité d’un meilleur accès à large bande à des vitesses supérieures pour que le Canada puisse être concurrentiel dans cette économie numérique et sur la scène internationale. Il est temps que les libéraux de M. Trudeau se réveillent et accordent l’accès au monde numérique par un accès universel à des vitesses supérieures, des services à large bande pour les Canadiens des régions rurales et urbaines. »